Retour

Bauer inaugure ses nouvelles installations à Blainville

Bauer refuse de confirmer le coût de l'opération, mais ses nouvelles installations de Blainville auraient coûté près de 12 millions de dollars. On y retrouve une surface glacée pour mettre à l'épreuve bâtons et patins.

Un texte de Francis Labbé

Bauer était implanté à Saint-Jérôme depuis 1970, mais les installations étaient trop petites pour les visées de l'entreprise spécialisée dans la fabrication d'équipements sportifs. 

Elle a donc fait construire à Blainville un bâtiment de 9290 mètres carrés (100 000 pi2), soit 25 % plus vaste que ses anciennes installations. Le nouveau bâtiment comprend des laboratoires d'essais et plus de 150 appareils permettant d'évaluer les produits. 

On compte environ 130 employés dans la nouvelle usine et cette dernière a été conçue pour accueillir plus de gens en cas de besoin. « Nous avons vraiment bâti une expertise en hockey, ici au Québec. Nous voulions conserver nos acquis et nos partenariats », explique Yannick Paquette, spécialiste du développement des bâtons.

« Avant, nous avions une surface synthétique pour tester les bâtons. Lorsque nous voulions faire des essais sur glace, il fallait se déplacer à l'extérieur. Nous sommes beaucoup plus efficaces », ajoute-t-il.

C'est dans les installations de Blainville que Bauer effectue toutes ses activités de recherche et développement. « Nous travaillons sur les produits de demain, ceux qui seront sur les tablettes des détaillants dans deux ans », explique Philippe Jean, directeur du design.

« Nous faisons vraiment, ici, le développement de produits, de A à Z, ajoute Garnet Alexander, directeur des services de développement. Il faut environ cinq ans pour développer un produit, de sa conception à la production. »

« Tous les produits permettent à nos athlètes d'avoir des équipements plus légers, plus résistants. Dès qu'un produit est lancé, nos employés se demandent comment le rendre meilleur », poursuit M. Alexander.

Les vedettes aux petits oignons

Certains joueurs de la Ligue nationale de hockey viennent rencontrer les professionnels de Bauer à Blainville, surtout pendant la saison estivale. Alex Galchenyuk, du Canadien de Montréal, est l'un de ceux-là. 

« Il est venu nous voir cet été pour ajuster ses patins, confie Jerry Trempe, spécialiste du service à la clientèle professionnelle pour les patins Bauer. Souvent, nous allons adapter le patin d'un joueur s'il a une fracture ou une déformation. »

Souvent, c'est Jerry Trempe lui-même qui se déplace pour rencontrer les joueurs. « Alexander Oveshkin est très gentil », raconte M. Trempe, qui parcourt la LNH pour rencontrer les hockeyeurs et les spécialistes des équipements pour les formations professionnelles.

En lien avec l'Université McGill

Bauer est partenaire de l'Université McGill dans son Groupe de recherche scientifique sur le hockey, du Département de kinésiologie et d'éducation physique.

« Les recherches universitaires permettent des libertés que l'Industrie n'ose pas, notamment pour des raisons financières. C'est plus facile de créer et de développer des idées originales », confie Yannick Paquette, lui-même diplômé de McGill.

« Nous faisons des études analytiques en trois dimensions du patinage afin de vérifier si certains équipements, de qualité différente, peuvent avoir un impact sur la performance des joueurs », explique David Pearsall, codirecteur du groupe de recherche. 

« Nous analysons aussi l'interrelation entre les différents équipements et leur effet sur les tâches à effectuer lors d'un match de hockey, poursuit M. Pearsall. Par exemple, comment le design du patin peut influencer la qualité d'un tir. »

« En retour, Bauer possède des outils que nous n'avons pas et nous avons accès à ces équipements. Notamment pour les casques. C'est un très grand atout pour nos étudiants , qui se font connaître et font connaître leurs travaux dans l'industrie », conclut M. Pearsall.

Plus d'articles

Commentaires