Retour

Bel accueil pour le film d'André Forcier en ouverture du FFM

Après une semaine semée d'embûches pour le Festival des films du monde de Montréal (FFM), il a enfin été question de cinéma jeudi, lors de la présentation d'Embrasse-moi comme tu m'aimes, d'André Forcier, en ouverture.

Le long métrage, doté d'une impressionnante distribution comprenant Juliette Gosselin, Émile Schneider, Céline Bonnier, Antoine Bertrand, Réal Bossé et Roy Dupuis, a été chaleureusement applaudi à l'Impérial, un baume sur le festival, dont la survie est plus que jamais remise en question.

Sur le tapis rouge, le réalisateur André Forcier a réitéré son appui à Serge Losique et au FFM.

Embrasse-moi comme tu m'aimes se déroule en 1940, au moment où la Seconde Guerre mondiale fait rage en Europe. On y suit l'histoire de Pierre et de sa soeur jumelle, Berthe, infirme de naissance, dont la relation fraternelle se transforme en sentiment amoureux.

Cette première soirée du 40FFM était dédiée à la mémoire du cinéaste québécois André Melançon, décédé mardi.

Une seule salle pour le FFM

Une certaine désorganisation régnait par ailleurs lors de cette ouverture au cinéma Impérial, où les employés du FFM et les bénévoles tentaient tant bien que mal d'accueillir les festivaliers, les représentants des médias et les cinéastes venus de l'étranger, laissés quelque peu à eux-mêmes.

Des questions demeurent toujours sans réponses, au moment où le festival ne dispose que d'une seule salle.

En entrevue après la présentation d'Embrasse-moi comme tu m'aimes, le président et fondateur du FFM, Serge Losique, a assuré que tous les films prévus à la programmation seraient projetés, certains avec un peu de retard. L'organisation est à la recherche d'une nouvelle salle après la décision de Cineplex Forum de ne pas projeter les films au programme du FFM.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine