Retour

Bernier et l’Impact ont hâte d’en découdre avec le Toronto FC

Les deux équipes ont fait leurs devoirs. Il est temps de jouer le match le plus important de la saison de l'Impact de Montréal et du Toronto FC.

Patrice Bernier a répété que les Montréalais sont sereins à quelques heures du match retour de la finale de l’Est de la MLS.

« On attend ce genre de moment, ce genre de match. On attend simplement le coup d’envoi », a dit Bernier aux médias réunis au centre-ville torontois mercredi.

Toute la concentration est sur les 90 minutes de jeu et rien d’autre. « Les deux équipes ont fait de la vidéo pour s’assurer de ne pas exposer de faiblesses, a ajouté le milieu de terrain. Aucune des deux ne voudra donner un pouce à l’autre. »

« Tout le monde sait qu’il n’y aura qu’un gagnant. »

Bernier a répété que l’état d’esprit des joueurs est plus important que la stratégie. « Je crois que Toronto va jouer le même système que la semaine dernière (en 3-5-2). Mais peu importe. Qu’ils jouent en 3-5-2 ou en 4-4-2, il n’y a pas vraiment de cachette.

« C’est l’équipe avec le plus de volonté qui va sortir avec la victoire. »

À en croire Bernier, les joueurs de l’Impact ne pensent même pas au trophée remis ce soir au champion de l’Est.

Dans l’autre association, les Sounders de Seattle ne se sont pas gênés pour y toucher, qu’importe une possible malédiction.

« On verra quand on arrivera à ce moment-là. Pour le moment, on se concentre sur le match. »

Et les conditions de jeu? Un autre sujet accessoire, selon Bernier. « Les conditions sont les conditions, ce qui compte, c’est le résultat. »

Les prévisions météorologiques annoncent 70 % de probabilités d’averses et un maximum de 12 degrés Celsius. Le match sera joué à ciel ouvert au BMO Field.

L’importance du premier but

L’équipe qui marquera en premier prendra une sérieuse option sur le match et sur la série. Encore là, les Montréalais sont préparés. « Si on peut marquer un but, ça va être parfait. Mais sinon, on sera prêt à toute éventualité », croit Bernier.

Le capitaine a aussi souligné que le soutien offert par les partisans de l’Impact donne une motivation supplémentaire aux joueurs. « On va tout donner pour continuer l’aventure, on est contents que les 61 000 partisans soient venus. Et on sait que tout le Québec est derrière nous, on va exécuter sur le terrain. »

Contenir la « Fourmi atomique »

D’un point de vue stratégique, l’attaquant du TFC Sebastian Giovinco risque d’être au cœur de l’action. Le onze montréalais devra offrir un effort soutenu pour le contenir.

« La défense a fait un très bon boulot, on a réussi (à le contenir) pour au moins les deux tiers du match, a analysé Bernier. Il a dû changer un peu ses espaces, mais il faudra jouer pendant 90 minutes et pas relâcher. »

Le Bleu-blanc-noir passera en finale avec une victoire ou un match nul, peu importe le pointage, ainsi qu'avec une défaite avec un seul but d'écart d'au moins 4-3. Le TFC aura gain de cause s’il gagne et qu’ils limitent leur adversaire à trois buts ou moins.

Les scénarios possibles :

Plus d'articles

Commentaires