Retour

Bouchard prête pour Wimbledon, laisse planer le doute sur Rio

Arrivée à Wimbledon il y a deux jours, Eugenie Bouchard cherche ses repères sur sa surface favorite à la veille du troisième tournoi majeur de la saison.

Sèchement battue par une Agnieszka Radwanska bien en jambes au tournoi d'Eastbourne mercredi, la Québécoise a préféré y voir un peu d'espoir.

« Elle frappe moins fort que d'autres joueuses, mais c'est beaucoup plus difficile de jouer contre elle. Je pense que j'ai bien joué. J'ai manqué de régularité. Mais à part ça, j'ai contrôlé les points, j'ai joué mon jeu. Si je continue à jouer comme ça, je sais que ça va venir. »

Bouchard, 48e raquette mondiale, a remporté deux matchs consécutifs sur le gazon d'Eastbourne pour la première fois depuis son passage à Rome au début du mois de mai.
La transition de la terre battue à la pelouse ne s'est d'ailleurs pas faite sans heurt.

« C'est toujours difficile parce que ce sont les surfaces les plus opposées et on le fait dans un temps court. Pour nous, c'est la transition la plus difficile. La première pratique, la balle va un peu n'importe où, mais c'est normal. Rapidement, je me sens bien sur le gazon. Ça va avec mon style de jeu et j'ai eu de bons résultats sur le gazon. »

Parmi lesquels, une finale dans le temple du tennis il y a deux ans. Bouchard tentera la semaine prochaine de relever une saison en demi-teinte dans ce lieu qui l'avait consacrée lorsqu'elle était devenue la première Canadienne à réussir l'exploit en grand chelem.

La recette pour connaître à nouveau du succès à l'All England Club est plutôt simple, croit-elle.

« Penser positif, je veux juste m'amuser sur le terrain. Ne pas être stupide, mais profiter [du moment] parce qu'être à Wimbledon ça n'arrive pas chaque jour [... ] J'ai de très bons souvenirs ici. J'adore le tournoi, c'est mon favori. »

Pour ce troisième rendez-vous majeur en 2016, le sort a été favorable à la Québécoise. Sa première adversaire, Magdalena Rybarikova, n'occupe que le 92e rang du classement de la WTA.

Au deuxième tour l'attend une confrontation possible avec la Britannique Johanna Konta, 16e tête de série et nouvelle membre du top 20. Sur papier, rien pour effrayer Bouchard, qui doit toutefois garder en tête sa sortie expéditive l'an dernier aux mains de la 117e joueuse du monde, la Chinoise Duan Ying-ying.

JO : une décision après Wimbledon

Chaque chose en son temps, a répondu la Québécoise.

Comme d'autres joueurs avant elle, Bouchard a laissé planer le doute sur sa participation au tournoi olympique qui s'amorcera le 6 août. La menace du virus Zika l'inquiète.

« Ce seront mes premiers Jeux. D'avoir quelque chose comme ça qui te stresse un peu avant les Olympiques, ce n'est pas idéal. »

L'Américain John Isner et l'Autrichien Dominic Thiem, entre autres, ont déjà informé leur comité olympique de leur absence au Brésil.

Bouchard est la seule Canadienne à s'être qualifiée pour le tableau principal en simple. Si elle se déplace en Amérique du Sud, elle espère aussi trouver une place dans le tournoi de double mixte.

En route vers les Jeux olympiques : Pour suivre l'actualité olympique

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine