Retour

Bruit et poussière excessifs en raison des travaux sur l'échangeur Turcot

La poussière et le bruit qui émanent de l'immense chantier de reconstruction de l'échangeur Turcot font la vie dure aux résidents du secteur.

Une première rencontre du « comité de bon voisinage » en compagnie de deux experts de la santé publique a lieu lundi soir dans Notre-Dame-de-Grâce pour qu'ils puissent enfin s'exprimer.

Selon un rapport déposé lundi soir par la Direction régionale de santé publique (DRSP), il n'y a eu aucun dépassement des normes quant aux concentrations de métaux ou de composés organiques volatils dans l'air entre janvier et août, mais de fréquents excès de poussière dans l'air ont été observés.

Pour l'instant, les résidents du secteur n'ont reçu ni mise en garde ni avis leur conseillant des mesures particulières pour se protéger des débris contenus dans l'air.

Les derniers résultats disponibles sur la qualité de l'air dataient du 31 mai dernier.

Une situation jugée inquiétante par Joseph Zayeb, toxicologue de l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail. « C'est un problème éthique. Si j'étais personnellement touché, je trouverais ça tout à fait inapproprié que je ne sois pas le premier informé sur le niveau d'exposition et sur les risques que j'encours », affirme-t-il.

Outre la pollution sonore engendrée jour et nuit par des camions et grues sur place, de plus en plus de résidents craignent que l'air rempli de microparticules composées de fer, de plomb, de manganèse, d'aluminium et même d'arsenic affecte leur santé.

Plusieurs se sont d'ailleurs plaints de problèmes de toux et d'une aggravation des symptômes d'allergies, selon le conseiller municipal de Saint-Henri-La Petite-Bourgogne-Pointe-Saint-Charles, Craig Sauvé. « Les gens sont inquiets. Ils ont peur pour leurs enfants », dit-il.

Colette Latour, une résidente du quartier Saint-Henri, qualifie la situation d'« enfer ». Elle affirme avoir davantage de sécrétions et dit éprouver depuis peu des problèmes avec sa glande thyroïde, en plus d'observer une augmentation de son taux de cholestérol. Elle passe actuellement des tests pour déterminer si ses troubles de santé sont liés à son environnement.

Bruit incessant

Toujours dans son rapport, la DRSP se dit préoccupée par le bruit, surtout la nuit, qui dépasse les seuils établis par le ministère des Transports du Québec et l'Organisation mondiale de la santé. Elle estime que les résidents du secteur sont exposés à des risques de santé « à court terme comme les troubles du sommeil ».

Une autre rencontre du comité de bon voisinage est prévue sous peu dans Saint-Henri, mais les voisins du chantier n'ont pas fini de tousser, puisque la fin des travaux est prévue pour 2020.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine