Retour

« C'est vraiment une très bonne année » - Lance Stroll

Lance Stroll a accordé jeudi une entrevue à Radio-Canada Sports par liaison Skype depuis le paddock du Grand Prix du Brésil à Sao Paulo. L'occasion de faire (déjà) le bilan de sa première saison en F1.

Il reste deux courses à disputer, au Brésil ce week-end, et à Abou Dhabi le 26 novembre.

L'équipe Williams est bien installée au 5e rang du classement des constructeurs, avec une avance de 23 points sur l'équipe italienne Toro Rosso et 28 points sur l'équipe française Renault.

Bien sûr, mathématiquement, ces deux équipes peuvent encore rattraper Williams au classement, mais les huit points marqués par Lance Stroll à Mexico le 29 octobre ont fait beaucoup de bien.

Des 76 points qu'a marqués l'équipe, Stroll en a marqués 40. Et ses 40 points lui permettent de dépasser pour la première fois son coéquipier Felipe Massa au classement des pilotes et d'entrer dans le top 10.

« C'est sûr que je veux rester dans le top 10, dit Stroll. Je savais que si je fais un bon travail comme il faut, je serais dans la position que je suis maintenant. »

« Ce n’était pas un objectif, mais comme pilote, tu veux tout le temps battre ton coéquipier, admet-il. Alors, c’est ce qu’on voulait, même si j’ai pris ça une course à la fois. Et maintenant, je suis ici dans une très bonne position. »

Le pilote québécois a fait sa part dans sa première saison en F1, bien épaulé par ses ingénieurs et par son coéquipier. Il a fait ses gammes, patiemment.

Il a attendu à Montréal pour marquer ses premiers points. Et il a pu monter sur un podium, en 3e position à Bakou, et partir de la première ligne d'une grille de départ, à Monza en Italie.

Il est le pilote le plus jeune de l'histoire à avoir réussi l'exploit.

De quoi dresser un bilan positif de sa première saison.

« Absolument, si je pouvais signer pour l’année que j’ai eue, cette année en 2017, c’est sûr que je signerais, explique-t-il en riant. »

« Pour avoir fait un podium, pour être parti de la première file, pour avoir marqué beaucoup de points avec mon équipe, c’est vraiment une très bonne année jusqu’à maintenant, estime-t-il. Et on veut finir comme il faut dans les deux prochaines courses. »

Hors piste, Lance Stroll a appris à gérer toutes les obligations auxquelles n'échappent pas les pilotes de F1, médiatiques et de commandites.

En piste, il est nettement plus à l'aise en course depuis son podium de Bakou. Il doit encore trouver ses marques dans l'exercice de vitesse pure qu'est la séance de qualification.

« Avec plus d’expérience, je vais m’améliorer de plus en plus en qualif. Pour le moment, je ne suis pas encore très confortable avec les pneus et la voiture dans un tour, parce qu’il faut vraiment tout mettre ensemble dans un tour et pour le moment, j’ai encore des petites choses à travailler, admet-il. »

Son meilleur résultat : le 4e temps à Monza le 2 septembre, sous la pluie. Son pire résultat : le 19e temps à son premier week-end de F1, en Australie le 25 mars. Son résultat le plus constant : le 18e temps (six fois).

« En général, c’est pas terrible, reconnaît-il volontiers. »

« Il y a encore des petites choses à améliorer pour être au niveau où je suis maintenant dans les courses. Mais ça va venir avec de l’expérience, affirme-t-il. Mais ce qui est important, c’est dimanche, et ce dont je suis content, c’est qu’on marque de bons points. »

Lance Stroll peut vivre cette fin de saison en toute sérénité. Il sait qu'il a son volant en 2018, et il suit de loin, dans son coin, les discussions entre l'équipe et les candidats au poste de Felipe Massa pour la saison prochaine.

« C’est complètement la décision de l’équipe qui sera mon coéquipier l’année prochaine. Ça va être qui ça va être, et ça va bien aller », dit-il prudemment.

« Je suis très confortable et je suis très content de là où je suis avec l’équipe en terme de relation, affirme-t-il. Durant l’année, j’ai vraiment appris beaucoup, et j’ai bien travaillé avec les gens autour de moi. »

« Pour l’année prochaine, on verra », conclut-il, sans se soucier trop de ce qui l'attendra en 2018.

Lance Stroll vit au présent, et son présent, c'est le Grand Prix du Brésil. Comme souvent cette saison, il devra ce week-end découvrir l'Autodromo Carlos Pace sur lequel il n'a jamais roulé.

Les premiers essais libres du Grand Prix du Brésil commencent vendredi à 7 h (HNE).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine