Retour

« Ça me surprend » - Michel Therrien sur Tinordi

« Tu es responsable de ce que tu mets dans ton corps. » Telle était la ligne de parti à l'entraînement du Canadien de Montréal au sujet de la suspension pour dopage de l'ancien membre du club, Jarred Tinordi.

Un texte de Jean-Patrick Balleux

Tour à tour, les joueurs sont venus répéter ce que l'ancien espoir du Canadien a déclaré dans un communiqué publié par l'Association des joueurs (AJLNH).

« On l'a su avant de sauter sur la glace, a dit Max Pacioretty. C'est certain qu'il a fait une erreur. Je ne connais pas les circonstances, mais c'est effrayant parce qu'il a dit qu'il ne voulait pas se doper. »

Michel Therrien aussi était étonné. « Les joueurs, pas seulement ceux du Canadien, mais ceux de partout dans la Ligue nationale, sont bien entourés. Ils savent très bien ce qu'ils doivent faire. Connaissant le jeune, j'ai été très surpris d'apprendre ça, mais je n'ai pas tous les détails. »

Détail intéressant, l'entraîneur des Coyotes, Dave Tippett, a divulgué que le test positif avait eu lieu avant l'échange qui a envoyé Tinordi à Glendale. 

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada Sports, l'AJLNH confirme que c'est l'entreprise Comprehensive Drug Testing, de Long Beach, en Californie, qui a testé le joueur. L'échantillon d'urine a été analysé à l'Institut Armand-Frappier de Laval (INRS).

Pas ma faute!

Comme Maria Sharapova lundi, Jarred Tinordi martèle que son dossier, qui lui a valu une suspension de 20 matchs, est une erreur.

« C'est malheureux, estime Pacioretty. Mais c'est frustrant parce que quand ça touche notre sport, ça touche l'intégrité de notre sport. Tu dois être responsable de ce que tu ingères. Il y a tellement de produits que tu peux prendre en pensant qu'ils sont corrects et finalement, ils ne le sont pas. »

« On était tous en état de choc, a indiqué Lars Eller. Tu ne souhaites ça à personne, surtout à Jarred, qui est un bon gars. Généralement, il suit les règles. C'est décevant pour lui. »

Philip Danault est arrivé de Chicago après que Tinordi eut été échangé aux Coyotes de l'Arizona.

« Si tu veux être un joueur professionnel, estime le Victoriavillois, tu ne peux pas te permettre de prendre des substances illégales. Il faut que tu t'informes. Ça fait partie de notre travail de s'informer. Si tu veux garder ton travail de joueur de hockey, il faut que tu prennes des mesures pour éviter des ennuis. »

Stefan Matteau parle également d'éducation et de responsabilisation. « Si tu n'es pas sûr [du produit], tu le demandes. Tu ne prends rien dont tu n'as jamais entendu parler », lance l'ancien des Devils. Matteau n'hésite pas à consulter le personnel du club lorsqu'il ignore la composition d'un produit.

Selon la politique antidopage de la LNH, tous les joueurs sont testés durant le camp d'entraînement. Puis, chaque équipe est testée une autre fois de façon aléatoire durant la saison. Finalement, des tests inopinés visant certains joueurs sont faits durant la saison, les séries éliminatoires et même durant l'été.

Danault estime que les joueurs ne sont pas testés très souvent. « On joue tellement de parties dans l'année. On n'a pas beaucoup de temps pour se faire tester. » La preuve? La dernière fois que Danault a été testé, il était un membre des Icehogs de Rockford, le club-école des Blackhawks de Chicago. Il y a trois ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine