Le Canadien de Montréal devra rapidement tourner la page sur un week-end à oublier. Les Ducks d'Anaheim, l'une des puissances dans le circuit Bettman avec 14 victoires à leurs 18 derniers matchs, sont en visite.

Un texte de Félix St-AubinTwitterCourriel

Au lendemain d'une victoire de 3-2 en prolongation contre les Jets de Winnipeg (29-37-6), les protégés de Bruce Boudreau se sont entraînés sur la patinoire du Complexe sportif Bell de Brossard, lundi, en prévision de l'affrontement de mardi.

Le Tricolore (33-34-6) et les Ducks (40-22-9) pointent dans des directions diamétralement opposées.

D'abord, les Montréalais sont au coeur d'une descente aux enfers qui perdurent depuis quelques mois. Les Californiens, eux, se sont ressaisis d'un début de saison bien en deçà des attentes et font désormais partie des ténors dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Puis, les unités spéciales de la bande à Michel Therrien ont offert une tenue gênante lors de la dernière fin de semaine - trois buts accordés avec un homme en plus -, tandis que les Ducks, eux, trônent au sommet de la ligue autant pour le taux de réussite en supériorité numérique que pour celui en infériorité numérique.

Ils ont fait bouger les cordages dans 23,4 % des cas en avantage numérique et revendiquent un brillant taux d'efficacité de 87,3 % lorsqu'un des leurs se retrouve au cachot.

Finalement, du point de vue des gardiens, le gouffre entre les deux formations est d'autant plus flagrant. Malgré toute leur bonne volonté, Mike Condon et Ben Scrivens n'ont jamais été en mesure de pallier la perte de Carey Price.

Chez les Ducks, John Gibson et Frederik Andersen, sont irréprochables devant le filet californien. Les deux hommes se classent parmi la crème de la crème de la LNH dans les catégories d'importance que sont la moyenne de buts alloués par match et le pourcentage d'efficacité.

Le défenseur Simon Després a d'ailleurs comparé le jeu de ses coéquipiers masqués à leur homologue Carey Price.

« Nous avons deux gardiens exceptionnels qui ont beaucoup de talent, un peu comme Carey Price avec le Canadien. Ça nous aide beaucoup et ça nous donne beaucoup de confiance », a soutenu l'arrière.

Després est cependant d'avis que les récents succès des Ducks, après un départ catastrophique, sont attribuables à l'apport de tous les joueurs.

« Ç'a été un travail de groupe. Nous avons de bons vétérans. Des gars comme (Ryan) Getzlaf et (Ryan) Kesler sont dans la Ligue depuis longtemps. Ils ont ouvert le chemin pour le reste de l'équipe. »

Perron sur le carreau

L'attaquant David Perron a vu son voyage au nord de la frontière prendre fin abruptement dimanche. Le Québécois a été victime d'une blessure au haut du corps à Winnipeg et n'a pas accompagné ses coéquipiers à Montréal.

L'ailier gauche de 27 ans subira des examens approfondis afin de mesurer la gravité de ce qui semble être une blessure à l'épaule droite.

« Je sais qu'il est retourné à Anaheim pour une résonance magnétique. Je ne connais pas l'étendue de la blessure, mais je présume que son cas sera réévalué de semaine en semaine », a déclaré Boudreau au terme de l'entraînement matinal des Ducks.

Perron a connu sa part de bons moments depuis qu'il a été acquis des Penguins de Pittsburgh (40-24-8), le 16 janvier.

Malgré un certain passage à vide, le pilote des Ducks est bien heureux de la tenue du vétéran de neuf saisons, qui compte 8 buts et 12 passes en 28 matchs avec sa nouvelle équipe.

« Il a été exceptionnel lors du premier mois avec nous. Il a ensuite connu une baisse de régime. Mais ce fut aussi le cas de notre équipe après notre longue séquence de victoires », a expliqué Boudreau.

« Il joue à l'intérieur du périmètre, il possède de bonnes mains et notre attaque à cinq a commencé à connaître du succès lorsqu'il est arrivé », a-t-il renchéri.

Plus d'articles

Commentaires