À deux jours du début de la série qui opposera le Canadien aux Rangers de New York, c'est un Carey Price expéditif qui a rencontré la presse lundi matin.

Un texte de Guy D'AoustJeu d’ensemble, attentes personnelles, confiance de l’équipe, qualité des rivaux: tous les sujets évoqués, toutes les questions posées ont entraîné des réponses laconiques. Quelques mots, pas plus.

Price avait son sourire habituel et cette désinvolture étudiée qui fait soupirer les adolescentes. Mais côté contenu, sa réponse la plus éloquente aura peut-être été son refus de commenter le souvenir de 2014 et la charge de Chris Kreider à son endroit.

La ligue en parlera

L’entraîneur Claude Julien a été plus éloquent. Il est convaincu que la protection des gardiens de but sera un sujet largement évoqué dans les bureaux de la Ligue nationale et dans les réunions avec les officiels.

« Il faudra aussi protéger Carey. C’est le travail de toute l’équipe, a ajouté Julien, tout en concédant qu’il y a des limites à cette protection. Chacun s’attend à ce que les gardiens soient dérangés, pour le moins. »

« C’est le hockey des séries », a dit Price dans l’une de ses envolées oratoires.

Galchenyuk dans le quatrième trio

Alex Galchenyuk continue de perdre du terrain dans l’organigramme de Claude Julien. À l’entraînement du matin, on le retrouvait dans le quatrième trio. Le Tricolore aura pourtant besoin de sa contribution en attaque s’il espère progresser en séries.« Ce n’est pas où il joue et avec qui il joue qui compte, mais ce qu’il fera de son temps d’utilisation », a dit l'entraîneur, qui recherche l’équilibre et souhaite compter sur quatre trios capables de menacer l’adversaire.

Julien en avait d’ailleurs fourni un bel exemple lorsqu’il avait mené les Bruins de Boston à la Coupe Stanley en 2011. Malgré tout son talent, Tyler Seguin jouait peu, mais il l’employait à bon escient. Soulignons que Galchenyuk conserve sa place dans la deuxième unité en avantage numérique.

Équilibre primordialCet équilibre des trios semble d’autant plus important pour Julien que c’est le travail à cinq contre cinq qui va faire la différence, selon lui.

Confiance tranquilleLes joueurs du Canadien affichaient de la confiance lundi. Rien d’excessif. On s’est bien gardé de dire pourquoi on allait battre les Rangers. Mais chacun avait un bon mot pour sa propre équipe.« On a maintenant un meilleur équilibre entre la vitesse et le jeu physique », a dit Max Pacioretty« On est capable de jouer toutes les situations, de donner le ton ou de répondre », a lancé Shea Weber, de retour à l'entraînement avec ses coéquipiers après avoir raté les quatre derniers matchs de la saison à cause d'une blessure au bas du corps.Andrew Shaw : « On a de la profondeur, quatre trios qui peuvent produire, de bons défenseurs et un excellent gardien. »Devant les micros, c’est sur cette profondeur que Claude Julien s’est attardé. Au terme de la saison, elle représente le meilleur atout de l’équipe, selon lui.

Il devra d’ailleurs y avoir recours en défense dès mercredi. Alexei Emelin ne jouera pas. Weber, Markov, Petry et Beaulieu sont incontournables. Julien devra en choisir deux autres parmi Jordie Benn, remis de sa blessure au haut du corps, Brandon Davidson et Nikita Nesterov.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine