Le rideau s'est levé sur la saison 2017 du football universitaire du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), vendredi, au stade Concordia. Samuel Caron s'est assuré d'occuper un rôle de premier ordre et a guidé les Carabins de l'Université de Montréal (1-0) à une victoire sans équivoque contre les Stingers (0-1).

Un texte de Félix St-Aubin

Les Bleus ont entrepris leur quête de reconquérir la Coupe Dunsmore en infligeant un revers de 37-19 aux troupiers de Mickey Donovan, figurants durant la majeure partie du duel.

Le pointage final ne reflète pas réellement l’allure de l’affrontement remporté haut la main par les Carabins.

La voie aérienne a été le fer de lance de ce premier triomphe des Montréalais. Caron a prouvé que son titre de joueur par excellence au Québec n’était pas le fruit du hasard.

Le vétéran a soutiré le maximum de son arsenal fort bien garni. Il a distribué le ballon tantôt à ses cibles de prédilection Régis Cibasu, Louis-Mathieu Normandin et Guillaume Paquet, tantôt à la nouvelle garde composée de Raphaël Major-Dagenais et Kevin Kaya.

Chacun des membres du quintette a enregistré un minimum de quatre attrapés. Cibasu ainsi que Normandin ont trôné au chapitre des réceptions avec 7 et Major-Dagenais dans la colonne des verges avec un total de 95.

« Vous, vous ne le connaissiez pas, mais moi ça fait longtemps que je le connais, a réagi Caron à propos de la prestation de son coéquipier Major-Dagenais. Je sais que c’est un très bon joueur, il fallait simplement qu’il ait son occasion et il l’a saisie. Je suis très content pour lui. »

Un message d’entrée de jeu

Concordia s’était pourtant donné des munitions tôt dans la confrontation en stoppant l’unité offensive montréalaise sur un 3e essai à leur propre ligne de 17.

L’agressivité de Danny Maciocia s’est retournée contre lui et a permis aux locaux de profiter d’un terrain avantageux pour sa série offensive initiale. Trois jeux plus tard, ils brisaient la glace et prenaient l'avance 3-0.

Nonobstant cette erreur de parcours, les Bleus ont connu une rencontre inaugurale fort satisfaisante. La performance des hommes de Maciocia n’était pas irréprochable, quelques maladresses se glissant ici et là.

« Considérant qu’on a eu une semaine de moins pendant le camp d’entraînement et le nombre de jeunes joueurs qu’on a [dans notre formation], je pense qu’on peut bâtir quelque chose d’intéressant là-dessus », a noté Maciocia.

Caron a mené les siens en terre promise à deux occasions consécutives à la suite du revirement, démontrant ainsi l’étoffe d’un vétéran qui ne se laisse pas abattre au moindre contrecoup.

Major-Dagenais brille de tous ses feux

Son deuxième relais payant, capté par Major-Dagenais, a été effectué avec un méticuleux doigté. Le receveur de deuxième année a emboîté le pas à son coéquipier Kevin Kaya, auteur du premier majeur de la campagne.

Major-Dagenais conservera d’excellents souvenirs de cet affrontement. Non seulement a-t-il réalisé son premier touché dans le U Sports, le joueur de deuxième année a signé un doublé.

Un jeu truqué sur une tentative de placement lui a ouvert la voie pour son second majeur de la soirée. Il a utilisé sa vitesse et a parcouru les 14 verges le séparant de l’objectif.

« C’est le fun, mais ce n’est pas juste moi. C’est un travail d’équipe, a déclaré Major-Dagenais. (…) Ce n’est pas un touché qui est important, c’est vraiment l’équipe au complet. Si ce n’est pas moi qui fais le touché, ce sera quelqu’un d’autre. »

Régis Cibasu a également contribué au triomphe des Montréalais. Au retour de la pause, l’imposant ailier éloigné a réussi plusieurs réceptions durant la même série et a lui-même rallié la zone des buts.

Celui qui est fait sur mesure pour le football professionnel en raison de son imposant gabarit et ses habiletés hors norme a repris là où il avait laissé en novembre dernier.

Un bataillon éreintant

La défense montréalaise s’est montrée intraitable, n’accordant que des miettes aux Stingers pendant trois quarts. Les locaux ont dû attendre jusqu’au deuxième acte avant de faire avancer les chaîneurs pour une première fois.

D’ailleurs, Mickey Donovan a procédé à un changement au poste de pivot dès le premier quart, reléguant Colin Sequeira au banc au profit de Trenton Miller.

Les trois premières séquences offensives de Sequeira se sont soldées sans premier jeu. L’entraîneur-chef a jugé nécessaire de confier le ballon à celui qui conclura son parcours universitaire cette saison.

Miller a donné un second souffle à son unité et s’est approché de la zone payante à quelques occasions. La majorité des points amassés par les Stingers l’ont cependant été lorsque l’écart entre les deux équipes avait les allures d’un gouffre.

Miller a franchi 368 verges grâce à son puissant bras, soit une trentaine de plus que son homologue Caron.

Les protégés du coordonnateur Paul Eddy Saint-Vilien ont ainsi flanché deux fois, à mi-chemin du quart décisif, lorsque la rencontre était hors de portée des Stingers.

Le porteur de ballon Jean-Guy Rimpel a permis aux supporteurs de Concordia de célébrer deux fois plutôt qu’une peu de temps avant le coup de sifflet final.

« Il faut leur donner un peu de crédit, ils ont bien joué en deuxième demie. (…) Je crois qu’on pensait que le match était terminé. Ça nous a rattrapés un peu, c’est une leçon. On va apprendre et on va apporter les corrections. »

Les correctifs devront tôt fait d’être appliqués puisqu’un relâchement contre leur prochain adversaire, le Rouge et Or de l’Université Laval, pourrait être impardonnable.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine