Retour

Carte électorale : déshabiller Montréal et la Mauricie pour habiller les Laurentides et Lanaudière

Aux prochaines élections québécoises, les Laurentides et Lanaudière compteraient deux circonscriptions supplémentaires, alors que Montréal et la Mauricie en perdraient chacune une, selon le rapport de la Commission de la représentation électorale (CRE), déposé mardi à l'Assemblée nationale.

Les prochaines élections provinciales verraient 7 des 28 circonscriptions de Montréal modifiées, essentiellement, au centre de l'île. Sainte-Marie-Saint-Jacques disparaîtrait au profit d'une nouvelle circonscription appelée Ville-Marie.

Cette nouvelle circonscription inclurait Hochelaga-Maisonneuve et certaines parties du centre-ville pour regrouper la majeure partie du centre-ville de Montréal.

Dans l'ensemble du Québec, la carte actuelle compte 11 circonscriptions ne respectant pas le cadre légal, et plusieurs autres circonscriptions sont sur le point de franchir les seuils permis par la Loi.

La proposition révisée maintient la délimitation actuelle de 97 des 125 circonscriptions électorales.

La démarche de la CRE, menée par le directeur général des élections et deux commissaires, doit assurer une représentation juste et équitable des électeurs, basée sur des caractéristiques d'ordre géographique, démographique et sociologique notamment.

Mais le député de Mercier et la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques (SMSJ) ne voient pas ces changements du même oeil.

Amir Khadir a dénoncé le changement d’appellation de la circonscription de sa collègue, Manon Massé. « Disparition de SMSJ, ceux qui cherchent à influencer de manière partisane la réforme de la carte électorale savent le faire », a-t-il envoyé sur Twitter.

Manon Massé voit dans ce changement un manque de cran du gouvernement. « Si le gouvernement avait du courage, il irait de l'avant avec une réforme du mode de scrutin, plutôt que de jouer avec la carte électorale. »

Laurentides-Lanaudière

Depuis 2007, le nombre d'électeurs des Laurentides et de Lanaudière ayant augmenté de 13,7 %, la Commission propose l'ajout de deux circonscriptions. Cette hausse s'avère la plus importante parmi les régions électorales du Québec.

Une nouvelle circonscription serait formée de territoires qui font actuellement partie des circonscriptions de Blainville, de Masson et de Mirabel. Cette circonscription, qu'il est proposé de nommer Les Plaines, est composée de la partie du territoire de la Ville de Mirabel située à l'est de l'autoroute des Laurentides (15), de la Ville de Sainte‑Anne-des-Plaines ainsi que du secteur de La Plaine de la Ville de Terrebonne.

La Commission propose d'introduire une seconde circonscription dans le secteur qui ceinture la Ville de Saint-Jérôme. Cette circonscription, qu'il est suggéré de nommer Prévost, est formée à partir des circonscriptions actuelles de Bertrand et de Rousseau.

Elle comprend, d'une part, les villes de Prévost et de Saint-Sauveur, la municipalité de Piedmont et la paroisse de Sainte-Anne-des-Lacs, qui font actuellement partie de la circonscription de Bertrand. Elle intègre également les municipalités de Saint‑Hippolyte et de Sainte-Sophie, toutes deux présentement situées dans la circonscription de Rousseau.

Mauricie

De 2007 à 2014, l'évolution de la population électorale de la Mauricie a été de 3,3 %, soit un taux nettement inférieur à celui du Québec, qui s'est établi à 7 %. Selon les perspectives démographiques de l'Institut de la statistique du Québec, la région devrait continuer à connaître une croissance démographique modeste au cours des prochaines années.

La Commission maintient donc sa suggestion de retirer une circonscription de cette région afin que son nombre de circonscriptions soit plus représentatif de son poids électoral.

À la suite des consultations publiques, elle apporte cependant des modifications à la délimitation qu'elle avait proposée dans son rapport préliminaire.

Ainsi, la Commission suggère que le secteur de Shawinigan-Sud faisant actuellement partie de la circonscription de Saint-Maurice soit intégré à la circonscription de Laviolette, plutôt qu'à celle de Maskinongé, « afin de mieux respecter les liens socioéconomiques et d'appartenance de ce secteur ».

Par ailleurs, la Commission suggère toujours de regrouper l'ensemble des municipalités de la MRC de Maskinongé dans la circonscription du même nom.

Il est aussi proposé que la Ville de Saint-Tite, de même que certaines municipalités de la MRC de Mékinac, fasse désormais partie de la circonscription de Champlain. Cette proposition fait en sorte que la circonscription de Laviolette couvre une superficie moindre.

Mentionnons enfin que la nouvelle carte électorale entrera en vigueur lorsque la présente législature aura pris fin, soit pour la tenue de la prochaine élection générale.

« Nous allons suivre avec intérêt le débat des parlementaires portant sur notre second rapport et qui aura lieu dans les prochains jours. D'ici la publication de la décision définitive de la Commission, au terme des 10 jours suivant ce débat, il est important de savoir qu'il est encore temps pour les citoyens, les députés et les organismes de nous faire part de tout commentaire concernant la délimitation ou la dénomination des circonscriptions », a déclaré le directeur général des élections, Pierre Reid.

Plus d'articles