Retour

Céleste Dao : une étudiante du secondaire à l'Omnium de golf des États-Unis

Céleste Dao participe contre toute attente à l'Omnium des États-Unis qui s'amorce jeudi, à Shoal Creek, en Alabama. La golfeuse de 17 ans, issue d'un programme sport-études québécois, savoure son exploit dans l'attente d'une carrière professionnelle.

Un texte de Jean-François Poirier

« Juste d'aller là-bas me fera sourire pendant longtemps », avouait Céleste à son arrivée à l'école secondaire du Chêne-Bleu à Pincourt vendredi dernier.

Ce jour-là, l'aînée de la famille Dao rentrait au bercail après un séjour de quatre mois, à Victoria, en Colombie-Britannique, nouveau domicile des golfeuses de la « prochaine génération » de Golf Canada.

Une victoire convaincante par quatre coups, obtenue à la mi-mai lors d'une épreuve de qualifications de 36 trous réservée aux joueuses de niveau amateur au club Cape Cod National aux Massachusetts lui a valu ce premier laissez-passer pour un tournoi de la LPGA.

Jeudi, à 15 h 10 (HAE), Céleste Dao sera sur le tertre de départ en compagnie des joueuses professionnelles Jing Yan et Nannette Hill.

Seulement 28 golfeuses de niveau amateur figurent parmi les 156 participantes à l'Omnium des États-Unis. Dao est la seule Québécoise en lice. Elle retrouvera dans le tableau ses compatriotes canadiennes Brooke Henderson et Alana Sharpe.

« Jamais je n'aurais cru à un tel scénario, affirme son père Duc Dao, qui sera son cadet sur le parcours. Je l'avais inscrite à ce tournoi de qualifications dans un but d'apprentissage afin d'évaluer son développement. On ne s'attendait pas à ça. »

Du golf en famille

Chez les Dao, le golf est une histoire de famille. Malik, le frère de Céleste âgé de 14 ans, semble lui aussi voué à un avenir prometteur.

Avant le récent départ de sa soeur pour l'Ouest canadien, Céleste et lui s'entraînaient toujours ensemble sous la supervision de leur père ou de l'enseignant Daniel Santerre au club Summerlea, à Vaudreuil-Dorion, situé à proximité de leur école secondaire.

« Ici, c'est comme ma maison », lâche Céleste pendant que son entraîneur l'observe sur le vert.

Elle lui explique qu'elle rate les coups roulés les plus courts, mais réussit les plus longs. Daniel Santerre sourit en la questionnant. Leur complicité ne fait aucun doute, même après plusieurs mois sans se voir.

« Céleste elle est comme ma petite fille que j'ai promenée depuis l'âge de 7 ans, insiste l'entraîneur. J'ai d'abord conseillé son père. Ensuite, Duc m'a confié ses enfants Céleste et Malik. Ils avaient tous les trois le même problème de positionnement à corriger. Ça devait être génétique! »

Céleste Dao n'a pas cessé de se démarquer depuis qu'elle participe à des compétitions d'envergure. Son palmarès comprend deux titres de championne junior, un autre de championne amateur au Québec (2015 et 2017) ainsi qu'une victoire aux Jeux d'été du Canada (2017).

La golfeuse de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot a aussi atteint les quarts de finale de l'Omnium junior des États-Unis en 2017. Récemment, elle a également décroché une victoire au championnat junior du Mexique.

« Oui, je ressens de la fierté de voir un programme qui fonctionne, précise Santerre. J'espère que Céleste ne sera pas la seule à atteindre ses objectifs. On l'a programmée à jouer au golf et à respecter un plan. Il ne fallait pas trop s'amuser. Elle aimait gagner et elle s'est investie. Céleste et son frère ont respecté le programme grâce à leur ténacité. Ils ne veulent pas battre un adversaire, ils veulent battre un terrain de golf. »

À l'entraînement ou à l'école, on s'aperçoit vite que Céleste et Malik sont inséparables. Le clan Dao est tissé serré. Toute la famille suivra Céleste en Alabama.

« Je ne suis pas nerveux, mais excité, affirme Duc Dao au sujet de sa présence aux côtés de sa fille sur le parcours. Vivre cette expérience, ce n'est pas rien. »

Le père de Céleste est conscient de son rôle durant le tournoi.

« Comme caddie, je dois estimer la distance et lui fournir les informations nécessaires pour qu'elle choisisse le bon bâton. Je ne lui fais pas de suggestion. Céleste fait elle-même son choix. Tout le monde aura un bon swing au US Open. Mais ce n'est pas tout le monde qui choisira la bonne option. Il faut perfectionner cet art chaque fois que nous jouons au golf. »

La pression

Daniel Santerre n'est pas inquiet pour sa protégée, même si elle pourrait se sentir intimidée par la présence de rivales dont elle admire le jeu.

« Après un hiver de compétitions, on s'attend à une performance de sa part. Selon moi, je pense qu'elle va se classer [pour les deux rondes de la fin de semaine]. On essaie à ce qu'elle soit déterminée à le faire. Autrement dit, qu'elle le pense! Elle est assez forte pour le faire. »

Céleste Dao carbure à la victoire. Elle adore la compétition et ça la motive à l'entraînement.

« Quand je suis en tournoi et que je sais que ça va bien, ce sentiment est incroyable. M'entraîner afin de pouvoir ressentir ce sentiment, c'est vraiment plaisant. »

Les succès de Céleste Dao rejaillissent sur l'institution scolaire où elle a fait ses classes.

L'école secondaire du Chêne-Bleu a d'ailleurs reconnu son brio en lui décernant le Prix du Gouverneur général pour ses résultats scolaires et son engagement communautaire.

« Nous voudrions que tous nos athlètes du programme sport-études soient comme elle, mentionne Yannick Guay, coordonnateur du programme sport-études de l'établissement. Dès son arrivée en secondaire 1, on a constaté son attitude, son organisation et sa façon de travailler. On voyait qu'elle avait déjà un but et je crois qu'elle va finalement l'atteindre dans les prochaines semaines. »

Golf Canada et « la prochaine génération »

Céleste Dao fait partie d'un groupe de quatre golfeuses canadiennes recrutées par le programme haute performance de Golf Canada sous la supervision du nouveau directeur Matt Wilson et de l'ex-golfeuse professionnelle Sarah-Maude Juneau.

« Les quatre filles, on habite ensemble à Victoria avec Sarah-Maude. Puisque c'est un nouveau programme, la maison était vide à notre arrivée. Nous n'avions pas de divan durant le premier mois et notre télé n'avait pas de câble. Mais je suis très sociable et j'adore vivre en équipe. J'ai pu améliorer mon jeu là-bas. Trois fois semaine, on se levait à 5 h 30 pour aller s'entraîner ensemble au gym. Ensuite, on allait à l'école en avant-midi et on se rendait au terrain de golf en après-midi. »

« À ses débuts, Céleste ne frappait pas loin parce qu'elle était plus petite que les autres, se souvient Daniel Santerre. Depuis qu'elle a grandi, elle frappe en avant des autres. Sa première qualité, c'est d'être toujours au milieu de l'allée. »

« Je n'ai jamais eu de pression de frapper loin, affirme Céleste, qui cogne la balle à plus de 260 verges. Je pense que je suis au-dessus de la moyenne. »

L'avenir universitaire

Le potentiel de Céleste Dao a été remarqué par de nombreuses universités américaines.

En raison de son âge, elle ne peut recevoir de propositions formelles de la part de ces institutions scolaires qui sont prêtes à lui offrir une bourse afin de financer ses études et qu'elle porte les couleurs de leur équipe de golf.

La famille Dao semble déjà avoir fait son choix. Le 1er septembre 2018 n'est qu'une date symbolique.

« On a déjà visité plusieurs universités, précise Duc Dao. On a un engagement verbal, même si rien n'est encore signé. L'Université Georgia vient en tête de lice. Son équipe de golf joue dans une conférence forte au sud des États-Unis. »

Céleste n'a pas l'intention d'imiter sa compatriote Brooke Henderson qui a choisi de tenter sa chance chez les professionnelles même si des universités étaient prêtes à lui dérouler le tapis rouge.

« Je veux vraiment jouer dans la LPGA, mais c'est presque certain que je vais à l'université pour me donner le temps de me développer. C'est un plan B en cas de blessure, ou si je n'ai pas le niveau de jeu pour jouer chez les pros. »

« J'ai évité de faire allusion le plus longtemps possible à une carrière professionnelle, avoue son père. Je ne voulais pas mettre cette pression, car le golf demeure un jeu. Mais j'ai toujours voulu que Céleste et Malik jouent contre les meilleurs. Il y a toute une équipe derrière Céleste. C'est une fierté pour nous d'avoir pu la former à l'intérieur d'un programme de sport-études québécois avec l'aide de Daniel Santerre. »

La méfiance des réseaux sociaux

La famille Dao a imposé des règles en matière d'utilisation des réseaux sociaux.

« Les réseaux sociaux, c'est bon pour être avec en contact ses amis, mais il y a beaucoup de distractions, affirme de manière catégorique Duc Dao. On a essayé de le faire comprendre à Céleste et heureusement elle l'a compris. Tu ne peux pas aller t'entraîner avec un téléphone qui sonne dans ta poche toutes les deux minutes. Oui, tu vas exécuter tes coups pendant une heure ou deux, mais seras-tu efficace à 100 % ? »

« Il faut trouver le bon équilibre, insiste sa mère Annie St-Georges. C'est aussi pour son bien si elle veut atteindre le niveau de jeu qu'elle désire. On peut passer des heures sans s'en rendre compte sur les réseaux sociaux. Ça nous coupe de notre de temps d'entraînement et du sommeil dont un athlète à besoin. Céleste avait ses revendications, mais c'est en parlant qu'on arrive à s'entendre. »

« Durant les tournois, on se débranche et on se concentre sur ce qu'on a à faire », ajoute son père, fier de l'attitude de sa fille par rapport à ce sujet délicat.

Le plus gros défaut

Au fil des années, cette adolescente a été en mesure de corriger son plus grand défaut sur un terrain de golf. Étrangement, Céleste parlait trop et avait tendance à perdre sa concentration.

« C'est moins pire. J'ai travaillé là-dessus, dit-elle en riant tandis que son entraîneur esquisse lui aussi un sourire. Ça m'arrivait surtout dans les tournois au Québec. Je jasais de la vie et d'affaires de filles. Aux États-Unis, je ne parle pas beaucoup. Ce n'est plus un problème. »

Une attitude qu'elle n'a pas été gênée de rappeler à son père avant le début de l'Omnium des États-Unis.

« J'aimerais ça qu'il ne me parle pas de golf pendant que je marche vers ma balle. Si je pense trop au golf, ça me déconcentre. Qu'il me parle de choses qui n'ont pas rapport au golf. Qu'il me fasse rire. Ça va m'aider. »

À 17 ans, Céleste Dao est prête pour son baptême chez les professionnelles.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine