Retour

Centre jeunesse de Laval : quatre des six fugueurs ont été retrouvés

Quatre des six fugueurs du Centre jeunesse de Laval sont désormais revenus au bercail, soit en rentrant de leur plein gré, soit grâce à l'intervention des policiers.

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, a confirmé que six cas de fugues avaient été rapportés en 36 h au Centre jeunesse de Laval.

Mme Charlebois a soutenu qu'elle se faisait du mauvais sang pour les deux autres, avant de préciser qu'aucun des jeunes qui ont pris la fuite n'est « connu comme ayant un profil à risque d'exploitation sexuelle ». Une information confirmée par la PDG adjointe du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval, Danièle Dulude.

En dépit de cette série de fuites, Lucie Charlebois persiste à croire que la problématique des fugues est mieux gérée qu'auparavant au Centre jeunesse de Laval.

Selon ses dires, il y a eu « une nette amélioration » à ce chapitre depuis l'instauration du contrôle des sorties aux portes. Le Centre jeunesse de Laval assure de son côté que le nombre de fugues a chuté de 90 % depuis le mois de février.

Mme Charlebois a expliqué que pour pouvoir s'absenter, un jeune doit désormais présenter un billet d'autorisation délivré par un intervenant.

Cette mesure n'a toutefois pas porté fruit dernièrement pour une raison fort simple, croit Mme. Charlebois. « Ceux qui sont partis étaient déjà en sortie, soit à l'école, soit dans leur famille, soit ailleurs. Ils ne se sont pas échappés du Centre jeunesse de Laval », a-t-elle précisé.

Après avoir brièvement traité des circonstances entourant les disparitions récentes des six jeunes, la ministre a lancé un message s'adressant directement aux deux d'entre eux qui manquent toujours à l'appel.

« S'il vous plaît, revenez. Ne vous mettez pas à risque. Ça n'en vaut pas la peine », a-t-elle martelé.

Par la suite, elle a suggéré que les membres du personnel du Centre jeunesse de Laval seraient parfaitement à même de s'en occuper.

« Ils sont dévoués. Ils ont à coeur de donner de bons services. Je ne veux pas avoir l'air d'une femme qui voit les choses en rose, mais je tiens juste à souligner leur travail parce qu'ils font vraiment une différence dans la vie des jeunes », a-t-elle conclu.

Plus d'articles

Commentaires