Le temps des Fêtes est synonyme de réjouissances et d'amour en famille. Pour certains, cette période est plutôt synonyme de détresse psychologique. Les employés des services d'urgence ne connaissent pas de répit et agissent comme des anges gardiens.

Un texte de Pascal Robidas

Au service 911, Johanne est répartitrice. Dans la vie d’une personne en détresse, elle est plutôt un ange gardien.

Après plus de 25 ans à ce poste, elle se souvient très bien des premières Fêtes passées à travailler pour la ligne d’urgence. À la toute fin de son quart de travail en soirée, elle prend un dernier appel. Un appel qui changera le cours des choses.

Elle enchaîne les questions pour bien connaître l’état de l’homme qui est au bout du fil. L’homme a fini par confier qu’il avait besoin d’aide. Il était suicidaire. À la suite d’une séparation, il ne pouvait plus voir ses enfants. « Pour lui, c’était la fin », raconte la répartitrice.

« Il avait consommé et possédait un couteau. Il avait pris des médicaments et voulait s’automutiler aussi. À la fin de l’appel, ce monsieur m’a dit – et c’est ce qui m’a touchée – "Merci, madame. Vous venez de me sauver la vie". Cet appel-là, quand j’en reparle, c’est toujours émotionnel  », relate Johanne, visiblement émue.

Les appels de détresse sont fréquents toute l’année, mais la période des Fêtes est souvent propice aux épisodes de détresse, surtout pour ceux qui sont seuls.

Urgence-Santé

Le travail des répartiteurs au 911 serait incomplet sans la complicité des ambulanciers paramédicaux, comme Stéphane Smith, qui sont sur le terrain. Lui aussi a dû intervenir souvent durant les Fêtes.

« On a eu une demande d’ambulance pour une dame qui avait des difficultés respiratoires, se rappelle-t-il.

L'expérience est gravée à jamais dans sa mémoire.

« L’intervention m’a marqué parce qu’on s’est assis avec la dame. On a discuté avec elle et on est repartis avec elle dans un centre hospitalier. Mais on a vraiment pris le temps de lui donner ce moment-là », se souvient le technicien qui compte 16 ans d’expérience.

Donner espoir

Ces gestes comptent et sont au cœur de la mission des services d’urgence.

« Il y a toujours une solution, affirme sans détour Johanne. Quand on ne la trouve pas par soi-même, il faut trouver de l’aide. De l’aide, il y en a partout. Il faut juste faire le saut. Je suis très positive de nature. Je vois le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. »

C’est dans cet esprit que Johanne entrevoit cette période des Fêtes : un moment de l’année où son travail et celui de ses collègues prennent tout leur sens.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine