Retour

Chardy, Djokovic, Nishikori et Murray les as de Montréal

MONTRÉAL - Le Français Jérémy Chardy fera face à Novak Djokovic (no 1), puis Kei Nishikori (no 4) se mesurera à Andy Murray (no 2), samedi, en demi-finales de la Coupe Rogers à Montréal,

Un texte de Jean-François Chabot

Alors que l'on s'attendait à une guerre de tranchées, Nadal, la septième tête de série, a été expédié en deux manches de 6-2 et 6-4 face à Nishikori (no 4), qui faisait flèche de tout bois. Après sept tentatives infructueuses, le Japonais a enfin signé une première victoire face à Nadal.

Les inconditionnels de l'Espagnol sont sans doute restés pantois en le voyant commettre deux doubles fautes de suite (un total de six dans le match) et subir deux bris coup sur coup en première manche.

Avec un taux de 55 % (47 % en première manche) de premières balles, Nadal n'était pas l'ombre de lui-même. Ses 18 maigres points sur le service du Japonais en sont une autre démonstration.

Quand Nishikori, vainqueur à Washington le week-end dernier, a obtenu un autre bris pour passer en avant 3-1 dans la seconde manche, on a vite senti que les minutes du triple champion de la Coupe Rogers étaient comptées.

En à peine 81 minutes, Nishikori avait en poche son billet pour les demi-finales, où il croisera le fer avec le Britannique Andy Murray.

Si la vengeance est un plat qui se mange froid, Murray (no 2) attendu un an pour rendre la politesse au Français Jo-Wilfried Tsonga (no 10) qui l'avait éliminé en quarts de finale à Toronto en 2014.

Murray a eu raison du champion sortant en deux manches identiques de 6-4 et 6-4 au terme d'une lutte de 1 h 38 min.

Murray a dû patienter jusqu'à 23 h 45 pour entreprendre sa revanche contre Tsonga (no 10). Le dernier duel de la journée a pris fin à 1 h 30 du matin (HAE) devant quelques centaines d'irréductibles.

Murray a tiré avantage des difficultés de Tsonga avec sa première balle de service (57%). Du coup, il a accentué sa domination en signant un 12e gain en 14 affrontements contre le Français.

En quête d'un troisième titre au Canada, Murray pourrait, en l'emportant en finale dimanche, franchir le plateau des 40 millions de dollars en gains dans les rangs professionnels.

D'ici là, il aura encore du pain sur la planche pour se défaire de Nishikori.

Grosse frayeur pour "Djoko"

Novak Djokovic est venu à un cheveu d'une sortie hâtive, mais il s'est relevé pour vaincre le Letton Ernests Gulbis et passer en demi-finales.

Djokovic a trimé dur pour arracher une victoire en trois manches de 5-7, 7-6 (9/7) et 6-1 en l'espace de deux heures et demie.

Gulbis, 87e joueur mondial, qui a obtenu un laissez-passer pour les qualifications, a démontré sa forme des beaux jours pour enlever la première manche en 53 minutes.

Échangeant coup pour coup à la manière d'un boxeur, Gulbis a fini par percer la muraille fragilisée de Djokovic pour briser son service pour la deuxième fois et prendre l'avance 6-5.

Fort d'un taux de 83 % (13 en 15) au chapitre des points inscrits avec sa première balle, Gulbis a semé l'émoi dans la foule tout en gagnant l'appui de bon nombre d'entre eux pour tenir tête au favori.

Avec un troisième bris au cinquième jeu de la deuxième manche, Gulbis s'est solidement placé sur les rails pour causer la grande surprise du tournoi. Mais une malheureuse double faute a permis au « Djoker » de revenir à 3-3.

Deux jeux plus tard, Gulbis a sauvé deux balles de bris pour rester dans le coup à 4-4. Djokovic a augmenté la pression en déposant ses 7e et 8e as.

Même si son taux de premières balles a soudainement chuté à 53 %, Gulbis s'est accroché grâce un jeu de finesse ponctué de quelques bons amortis qui ont pris le Serbe de court. Tout cela pour laisser filer deux balles de match durant le bris d'égalité.

Le numéro un mondial n'en demandait pas tant pour prolonger le duel. Gulbis regrettera longtemps cette occasion perdue. D'emblée au début de la troisième manche, Djokovic a signé un bris, avance qu'il conservera jusqu'à l'arrivée.

Gulbis a percé le top 10 mondial au mois de juin 2014 après sa présence en demi-finales à Roland-Garros. Mais sa saison 2015 en est une de misère, comme en témoigne sa fiche de 8 victoires contre 18 revers.

Djokovic a maintenant rendez-vous avec un autre miraculé du tournoi, le Français Jérémy Chardy, 49e au classement de l'ATP.

Chardy le marathonien

En début de journée, Chardy a renversé Isner (no 16), un géant de 2,07 m (6 pi 10 po), pour signer un gain en trois manches marathons de 6-7 (9/11), 7-6 (15/13) et 7-6 (7/4).

Comme l'indique le pointage, le duel fut épique, chaque joueur préservant l'avantage de son service jusqu'au bris d'égalité dans la manche initiale. Comme il fallait s'y attendre, Isner a eu l'avantage 7-1 au chapitre des as.

Malgré tout, l'Américain a eu besoin de quatre balles de manche pour conclure face à un Chardy combatif et bénéficiant de la faveur de la foule.

À 9-8, le Français a laissé filer une occasion d'arracher la manche. Isner a résisté et inscrit trois points de suite pour s'installer aux commandes du match au bout d'une heure de jeu.

Deuxième acte après la pluie

Tôt dans la seconde manche, Isner a sauvé deux balles de bris pour faire 1-1 avant de frapper un autre grand coup avec le premier bris de la rencontre pour mener 3-1.

C'est alors que la pluie, déjà responsable d'un délai de deux heures avant le début de la rencontre est venue interrompre le jeu. Après l'averse, il a fallu attendre près d'une heure pour que l'on assèche le court et que l'on aplanisse les bulles d'eau sous la surface.

À la reprise du jeu, la longue pause avait fait perdre son bel élan. Chardy a créé l'égalité 3-3 avec un bris gracieuseté d'une double faute inopportune d'Isner. On a eu besoin d'un autre jeu décisif afin de briser l'impasse.

Cette fois, en dépit du fait qu'Isner a porté son total d'as à 23 dans la rencontre, Chardy a refusé de plier l'échine et forcé la tenue d'une troisième manche.

Vous l'aurez deviné, Isner et Chardy ont bu la coupe jusqu'à la lie. Dans l'ultime bris d'égalité, contre toute attente Chardy a conclu sur sa deuxième balle de match au bout de 3 h 8 min, mais avec un total de 32 as contre 12 pour l'Américain.

Un total de 266 points a été disputé pendant ce match. Isner en a récolté 130 contre 136 pour Chardy qui a sauvé sept balles de match.

« C'était un match complètement fou. On a eu de la chance, tous les deux. C'était la folie. Il y a eu beaucoup de beaux points. Nous servions bien tous les deux. Si l'on regarde les statistiques, je suis sûr que nous sommes très proches, pendant tout le match, a indiqué Chardy, au cours du point de presse d'après-match.

« Il aurait pu gagner ce match autant que moi, je suis très content d'avoir finalement remporté la victoire. »

Rappelons qu'Isner est un habitué des matchs d'endurance, lui qui a livré le duel record de cinq manches (11 h 5 min et 70-68 dans la dernière manche), face à Nicolas Mahut à Wimbledon en 2010.

En double, Daniel Nestor a également décroché son billet pour les demi-finales. Le Canadien et son acolyte français Édouard Roger-Vasselin ont pris la mesure du Serbe Nenad Zimonjic et du Polonais Marcin Matkowski (no 5) 6-4 et 6-2.

Vendredi, Nestor et son partenaire avaient éliminé les deuxièmes têtes de série.

Plus d'articles

Commentaires