Retour

Circulation sur le mont Royal : la population sera consultée en amont du projet pilote

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé mardi matin pour la première fois que la Ville tiendra une consultation publique avant de lancer son projet pilote interdisant le transit automobile sur le mont Royal.

La mairesse s'est défendue d'avoir changé de cap. « J'ai toujours dit qu'il y aurait de la consultation qui accompagnerait le projet », a-t-elle dit lors d'une mêlée de presse.

Elle a précisé que le projet pilote aurait lieu quoi qu'il advienne, puisque beaucoup de documentation a été recueillie au fil des ans sur l'enjeu de la circulation automobile sur le mont Royal.

Lundi soir, les élus de l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (CDN–NDG), dont la majorité appartient à Projet Montréal, ont adopté à l’unanimité une résolution demandant qu’une consultation publique soit tenue « en amont et pendant la durée du projet pilote », qui doit être lancé au printemps ou au début de l'été et qui empêchera les automobilistes de traverser la montagne d'est en ouest en passant par la voie Camillien-Houde.

Ils demandent aussi que l’étude d’impact qui est déjà amorcée se poursuive pendant toute la durée du projet pilote et que les meilleures pratiques en matière d’aménagement soient appliquées.C'est le chef de l’opposition officielle à la Ville de Montréal, Lionel Perez, qui est aussi conseiller de Ville du district Darlington de CDN–NDG, qui a présenté la proposition.

Le projet pilote soulève plusieurs questions, a-t-il affirmé, notamment :

  • Est-ce que l'élimination du transit sur le mont Royal causera des problèmes sur les rues avoisinantes?
  • Quel sera l’impact sur l’avenue du Mont-Royal?
  • Est-ce qu’on devrait fermer la voie Camillien-Houde la fin de semaine?
  • Est-ce qu’une voie devrait être réservée aux cyclistes?

« Notre parti a toujours été pour une réaffectation-réaménagement du mont Royal, mais c’est la façon dont l’administration est allée de l’avant, de façon irréfléchie, irresponsable, sans [que le projet ait] été présenté en détail, sans concertation, qui est fautive », a affirmé M. Perez mardi matin en mêlée de presse, se réjouissant de la tenue de la consultation publique.

L’annonce du projet pilote en février dernier par Luc Ferrandez, responsable des grands parcs au comité exécutif de la Ville, a soulevé un tollé. Une pétition en ligne demandant l'abandon du projet a recueilli plus de 26 000 signatures. Une pétition qui appuie le projet a quant à elle reçu plus de 7000 signatures.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards