Retour

Circulation sur le mont Royal : les opposants réclament « une vraie consultation publique »

Le bureau du greffier de la Ville de Montréal a autorisé un projet de pétition exigeant que l'administration Plante-Dorais procède à « une vraie consultation » avant de lancer son projet pilote d'interdiction du transit automobile sur le mont Royal.

L’autorisation de ce projet de pétition survient après que les élus de l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, dont la majorité font partie de Projet Montréal, eurent adopté lundi une résolution demandant qu’une consultation publique soit tenue « en amont et pendant la durée du projet pilote ».

Mais pour l’opposition, cette mesure adoptée à la hâte n’a pour but que de faire taire les citoyens qui s’opposent au projet pilote, qui consiste à empêcher pendant cinq mois les automobilistes d’utiliser la voie Camillien-Houde pour traverser la montagne d’est en ouest.

Les recommandations après la fin du projet

Habituellement, l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) recueille l’avis des citoyens et remet ses recommandations à la Ville avant que le projet ne soit lancé.

Or, cette fois, les travaux de l'OCPM, qui débuteront le 1er mai, se dérouleront pendant le projet, et les recommandations de l'organisme ne seront livrées qu’après la fin du projet pilote, l’hiver prochain.

Cela n’empêchera pas la mairie de tenir compte des recommandations de l'OCPM, a cependant soutenu la mairesse Valérie Plante, jeudi. « C’est sûr qu’on va écouter les recommandations, c’est évident. On ne va pas passer outre ce qui va ressortir de cette consultation », a-t-elle assuré.

Mais ce scénario ne satisfait pas Michaël Silas, auteur de la pétition autorisée jeudi par le greffier de la Ville.

M. Silas espère recueillir les 15 000 signatures nécessaires pour obliger l’administration Plante à consulter la population en bonne et due forme, selon les règles prévues, et surtout avant de fermer la voie Camillien-Houde pendant cinq mois.

Une manoeuvre politique selon l'opposition

Pour l’opposition, la démarche annoncée par Valérie Plante n’est qu’une manœuvre politique destinée à couper l’herbe sous le pied des opposants au projet.

« D'un côté, on a un groupe de citoyens mobilisés qui tentent d'obliger la Ville à tenir une vraie consultation. Et de l'autre, on a la mairesse qui annonce une consultation bidon pour leur couper l'herbe sous le pied, dénonce Lionel Perez, chef par intérim d'Ensemble Montréal. C'est un déni de démocratie participative par une administration qui ne respecte pas la volonté citoyenne ».

Selon lui, les citoyens et organismes concernés n’auront pas assez de temps avant le projet pilote pour exprimer leur point de vue, d’autant plus que les détails de la consultation ne seront connus que le mois prochain.

L’opposition demande par conséquent à l’administration Plante de reporter le projet de fermeture de la voie Camillien-Houde d’au moins un an, de façon à ce que les citoyens puissent être consultés et que l’OCPM puisse faire son travail et remettre ses recommandations avant le début du projet.

« Notre parti a toujours été pour une réaffectation-réaménagement du mont Royal, mais c’est la façon dont l’administration est allée de l’avant, de façon irréfléchie, irresponsable, sans [que le projet ait] été présenté en détail, sans concertation, qui est fautive », a affirmé M. Perez mardi matin en mêlée de presse.

La sécurité des piétons et des cyclistes problématique

Au début du mois de février, Luc Ferrandez, responsable des grands parcs au comité exécutif de la Ville, a annoncé que la voie Camillien-Houde, empruntée par de nombreux automobilistes pour traverser la ville sans devoir s’engouffrer dans le centre-ville, sera fermée pendant cinq mois aux automobiles dans la cadre d’un projet pilote.

La mesure avait soulevé un tollé. Une pétition en ligne demandant l'abandon du projet a recueilli plus de 26 000 signatures. Une autre pétition, qui appuie le projet, a quant à elle reçu plus de 7000 signatures.

Le projet pilote, qui se déroulera du 1er juin au 31 octobre, s'inscrit notamment en réaction à plusieurs accidents survenus sur la voie Camillien-Houde et le chemin Remembrance au fil des ans, dont celui qui a causé la mort de Clément Ouimet l'automne dernier.

Le cycliste de 18 ans a été happé par la voiture d'un touriste qui tentait de faire un demi-tour interdit. Un comité a ensuite été créé pour réfléchir à des moyens permettant d'éviter ce genre d'accident.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards