Retour

Coderre met en place un comité sur l’itinérance

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a annoncé mercredi la mise en place d'un comité sur l'itinérance, composé de huit femmes et huit hommes issus d'horizons divers, mais travaillant tous auprès des sans-abri.

Ce comité, qui sera coordonné par le protecteur des personnes en situation d'itinérance, Serge Lareault, aura pour mission d'aider la Ville dans l’élaboration des orientations de son prochain plan d'action.

Le maire Coderre, qui préside le comité, a déclaré que celui-ci « réunit les forces vives du milieu qui ont pour mandat de soutenir le plus efficacement possible les plus vulnérables de notre ville. Et pour y parvenir, tous les membres se doivent de partager une vision municipale globale de la situation et, pour cela, d'analyser l'évolution des enjeux du phénomène de l'itinérance ».

Serge Lareault s’est félicité pour sa part d’avoir réuni des personnes « qui ont une connaissance et une expertise solides du milieu de l'itinérance. Ces membres évoluent dans les réseaux municipal, communautaire, de la santé et des services sociaux ainsi que de la pratique et de la recherche ».

Les membres du comité auront un an pour formuler des recommandations sur la lutte contre l’itinérance.

Un bilan concluant

Denis Coderre en a profité pour tirer un premier bilan satisfaisant de son plan d’action 2014-2017.

Il a notamment évoqué l’opération de dénombrement des itinérants à Montréal, qui a eu lieu au printemps 2015, ainsi que « l'ajout de quelque 500 logements, chambres, studios répartis dans 23 projets d'habitation sociale à l'intention des sans-abri, pour un investissement municipal de 9 millions de dollars ».

M. Coderre a parlé aussi du développement d'une « dizaine de projets destinés aux autochtones en situation d'itinérance, dont la Maison des autochtones de Montréal, le Projet autochtone du Québec et le pôle d'intervention au square Cabot ».

De plus, d’après le maire, le Programme d'accompagnement justice pour les personnes itinérantes à la Cour municipale a permis 200 à 300 personnes d’entreprendre annuellement « une démarche de réinsertion qui a conduit à un allègement important de leur dette judiciaire ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine