Retour

Complot de meurtre à Saint-Hyacinthe : les deux ados toujours détenus

Cela fait maintenant plus de huit semaines que les deux adolescents sont en garde fermée, à Chambly. Deux mois qu'ils passent une grande partie de leurs journées seuls, dans une chambre verrouillée. Leur enquête sur remise en liberté devrait finalement avoir lieu dans 2 semaines soit le 29 novembre.

Après avoir subi une évaluation psychiatrique le mois dernier, ils ont dû se soumettre à une évaluation psychologique, à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal.

Les deux anciens élèves de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme ont été arrêtés en septembre. Ils auraient fait des plans sur Facebook pour tuer et agresser sexuellement des camarades de classe. Ils font face à un total de 23 chefs d'accusation, dont complot pour meurtre.

Selon nos informations, l'accusé de 14 ans passe des moments particulièrement difficiles en détention. À peine sorti de l'enfance, il n'avait jamais passé plus que quelques jours loin de ses parents. Il pleure beaucoup et se réfugie dans la lecture. Il souffre d'un trouble de l'attention, prend une lourde médication et a de la difficulté à comprendre ce qui se passe. Malgré tout, il a un bon comportement.

La cour a interdit aux deux jeunes de communiquer ensemble. Ils ont donc été placés dans deux unités différentes. Si l'un des deux veut participer à une activité avec l'ensemble du groupe, l'autre doit demeurer dans sa chambre verrouillée.

Des règles strictes

En garde fermée, chaque unité compte un maximum de 12 mineurs. Si certains sont des petits caïds habitués à y revenir fréquemment, d'autres, comme les adolescents de Saint-Hyacinthe n'ont aucun antécédent criminel.

Tant que les adolescents sont en détention préventive, les intervenants ne sont pas supposés jouer aux détectives ou leur parler des infractions qui leur sont reprochées. Les deux jeunes ne peuvent pas non plus commencer une thérapie adaptée aux délits allégués, pour éviter la possibilité qu'ils s'incriminent. Ils ont plaidé non coupables aux accusations.

En garde fermée, la journée est programmée à la minute près. Tous les résidents de l'unité se lèvent en même temps, prennent leur douche, étudient, mangent et font du sport en même temps. Chaque petite étape de la journée est séparée d'une période de « transition » où les jeunes doivent retourner dans leur chambre, la porte verrouillée, pour s'assurer qu'ils sont calmes.

Les deux jeunes de Saint-Hyacinthe peuvent recevoir la visite de leurs parents deux fois par semaine, la fin de semaine, pendant 1h30. En principe, en garde fermée, un adolescent a droit à 5 minutes de conversation téléphonique par jour. Il doit fournir une liste de contacts à autoriser.

À 23h, toutes les lumières doivent être éteintes et les portes de chambre sont déjà verrouillées.

Détenus pour Noël?

Les deux adolescents accusés de complot seront-ils encore détenus pendant la période des fêtes? À moins de six semaines de Noël, impossible de le savoir pour l'instant.

Normalement, le temps accordé à l'évaluation de la santé mentale d'un accusé ne doit pas dépasser 30 jours.

Mais selon l'avocate Myriam Couillard, qui défend souvent des mineurs accusés en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA), la détention préventive peut dans certains cas servir la stratégie de la Défense. Cela peut permettre de démontrer que « l'adolescent se comporte bien en détention ».

Si le jeune est éventuellement condamné à une mise sous garde, le temps passé en détention préventive pourrait être compté dans la détermination de la peine, mais ce n'est pas automatique.

La LSJPA a comme objectif de rendre des peines individualisées à chaque jeune, rappelle Me Couillard.

La vie continue à l'école

Pendant ce temps, l'une des jeunes filles de Saint-Hyacinthe qui aurait été visée par le complot a changé d'école et vit un nouveau départ.

Et à la polyvalente, le quotidien a repris ses droits. Selon la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, peu d'élèves se sont prévalus de l'aide psychologique mise sur pied, au moment de l'arrestation. Quelques enseignants ont ressenti le besoin de consulter pour savoir comment aborder la situation dans leurs classes.

Les deux adolescents seront de retour en cour le 29 novembre.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?