Retour

Corruption à Laval : 13 autres coaccusés plaident coupables

Huit entrepreneurs et cinq ingénieurs ont plaidé coupables à des accusations de complot, de fraude et de corruption relativement à des actes commis à Laval entre 1996 et 2010.

Arrêtés en mai 2013, lors de l’opération Honorer qui s’était soldée par l’arrestation de 37 personnes, dont l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt et l'entrepreneur Tony Accurso, les 13 suspects qui comparaissaient mardi au palais de justice de Laval.

Les accusés qui ont plaidé coupables devant le juge James Brunton sont :

  • Guy Desjardins
  • Mario Desrochers
  • Louis Farley
  • Laval Gagnon
  • Guy Jobin
  • Carl Ladouceur
  • Patrick Lavallée
  • Luc Lemay
  • Mike Mergl
  • Giuseppe Molluso
  • François Perreault
  • Yves Theberge
  • Leonardo Moscato

Douze d'entre eux ont reçu une peine à purger dans la collectivité, dont la durée va jusqu'à deux ans. L'entrepreneur Luc Lemay a quant à lui écopé d'une peine de 21 mois de prison.

Les accusés Rosaire Sauriol, Yannick Bouchard et Alain Filiatrault, qui étaient aussi présents au tribunal, n’ont pas plaidé coupables. Leur cause a été reportée au 24 août.

Ces huit entrepreneurs et cinq ingénieurs étaient tous accusés d'avoir participé au stratagème frauduleux d'attribution de contrats municipaux mis en place par l'administration de l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt et d'en avoir tiré profit.

Au moment d'entériner les peines, le juge Brunton a dit que Laval était « le pire exemple de corruption municipal à se retrouver devant les tribunaux au Quebec, voire au Canada ».

30 mois de pénitencier pour Claude Deguise

En ce qui a trait à Claude Deguise, considéré comme le chef d'orchestre de la corruption à l'époque du maire Gilles Vaillancourt, le juge Brunton a entérinée mardi la peine de 30 mois de pénitencier qu'avaient suggérée la Couronne et la défense.

Claude Deguise, ex-directeur de l’ingénierie à la Ville de Laval avait plaidé coupable le 4 juillet dernier à des accusations de complot, de fraude de plus de 5000 $ et de corruption.

Mardi devant le tribunal, M. Deguise a déclaré que le 9 mai 2013, il avait ressenti « comme un coup de masse » le fait d'être arrêté. Sa surprise était d'autant plus grande qu'il avait alors quitté la Ville de Laval depuis cinq ans.

Claude Deguise est « désolé »

L'homme raconte avoir eu des problèmes d'alcool qui l'ont amené à être hospitalisé en 2014.

« Aux Lavallois ce que je voudrais dire c'est que je suis désolé », a-t-il affirmé, ajoutant qu'à son avis l'administration lavalloise s'est dotée « d'outils qu'on n'avait pas dans mon temps ». M. Deguise dit qu'il existe désormais à Laval « une structure qui est anticorruption ».

Parmi les 37 coaccusés dans cette vaste affaire de corruption, à peine une dizaine sont toujours en procès, compte tenu des reconnaissances de culpabilité, des décès et des non-lieux déclarés en raison de l'arrêt Jordan.

Avec les informations de Geneviève Garon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine