Retour

Coyotes à Montréal : la multiplication des signalements inquiète des citoyens

De plus en plus de coyotes sont signalés à Montréal, en particulier dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, ce qui suscite de l'inquiétude chez certains résidents, en particulier les parents de jeunes enfants.

Plus de 250 signalements ont été faits depuis juin dernier à Montréal. Une quinzaine de coyotes ont été capturés, la plupart du temps pour être déplacés, mais quatre d’entre eux ont dû être abattus.

C'est la déforestation à grande échelle qui explique la recrudescence des coyotes dans les rues de Montréal, explique la biologiste Patricia Presseau, du Zoo Ecomuseum.

Le coyote est un animal d'ordinaire solitaire et sauvage, qui se tient « loin des humains. Par contre, quand on commence à vouloir l’apprivoiser, le nourrir ou le toucher, il devient un peu plus habitué aux humains », souligne Mme Presseau. C'est là que les risques augmentent, certaines bêtes n'ayant plus aussi peur des humains que le leur commanderait normalement leur instinct.

« Effectivement, c’est un peu inquiétant d’avoir autant de coyotes dans nos régions », reconnaît la biologiste, qui prône la prudence.

La direction de la Garderie éducative Les Moussaillons, dans le district Saint-Sulpice, a notamment pris des mesures pour assurer la sécurité de sa jeune clientèle, puisque l'établissement se trouve juste en face d’un secteur boisé où auraient élu domicile un ou plusieurs coyotes. Ainsi, les enfants n’ont plus la possibilité d’aller se promener dans le boisé. Et le nombre d’éducatrices qui les accompagnent lors d’excursions hors de l’enceinte de la garderie a doublé, passant de deux à quatre pour chaque groupe de huit enfants.

Jean-Marc Miller, qui habite le même quartier, a notamment eu une rencontre avec un coyote en décembre dernier, éprouvant une certaine crainte quand l’animal s’était approché de son fils âgé de 12 ans. Il se plaint de l’inaction de l’arrondissement, qui dit de son côté n’avoir jamais entendu parler de la mésaventure de M. Miller et de son garçon.

La Ville assure que les risques sont minimes

Quoi qu’il en soit, les autorités d’Ahunstsic-Cartierville assurent avoir effectué différentes opérations de trappage dans les derniers mois. Des panneaux ont également été installés pour appeler les passants à la prudence.

La Ville de Montréal convient sur son site web que le coyote est de plus en plus présent sur son territoire, comme dans bien d’autres milieux urbains en Amérique du Nord, mais elle soutient qu’il ne représente pas une menace pour l’humain.

À peine cinq résidents de Montréal et moins d’une dizaine de chiens ont été mordus par un coyote depuis juin, selon ses données.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité