Retour

Création d’une bourse pour les joueurs de crosse autochtones à McGill

Une nouvelle bourse d'études sportives sera octroyée l'année prochaine à des joueurs de crosse autochtone de l'Université McGill, à Montréal. L'initiative de la Fédération canadienne de crosse est unique au pays.

Un texte de Laurence Niosi

Une collecte d'argent pour créer un fonds de dotation a été lancée l’automne dernier. Sur l’objectif de 80 000 $, presque 50 000 $ ont été amassés, dont 16 000 $ proviennent de la Fédération canadienne de crosse.

La bourse sera accordée préférablement aux étudiants autochtones membres de l'équipe masculine de crosse de McGill. Si aucun d’eux ne répond aux critères au cours d'une année donnée, elle sera accordée à un étudiant autochtone qui participe à un autre sport interuniversitaire de l’université montréalaise.

L’idée a germé dans la tête des responsables de la Fédération et de l'Université McGill l'été dernier, lors du 150e anniversaire de la crosse moderne (le sport traditionnel serait apparu vers 1000 av. J.-C. chez certaines nations autochtones).

« Étant donné les racines autochtones de ce sport, on pensait que de faire un legs qui permettrait de créer un fonds pour alimenter des bourses sportives serait une bonne idée », affirme Marc Gélinas, directeur exécutif du Service des loisirs et des sports de l'Université McGill.

Il estime d'ailleurs que cette bourse est la première au Canada à mettre l'accent sur les étudiants-athlètes autochtones.

Actuellement, trois étudiants autochtones évoluent dans l’équipe de crosse de McGill, où le sport est pratiqué depuis la fin du 19e siècle. Un quatrième joueur, un jeune homme de la communauté mohawk de Kahnawake, près de Montréal, a récemment été recruté.

Pour l’entraîneur de l’équipe de crosse de McGill Tim Murdoch, il s’agit d’une situation avantageuse pour toutes les parties.

« Sur une base per capita [les Mohawks sont la] communauté qui a les meilleurs joueurs au monde. L’équipe nationale iroquoise [les Iroquois Nationals] est classée troisième au monde », affirme Tim Murdoch, un Américain qui entraîne l’équipe de crosse de McGill depuis 16 ans.

« Je suis particulièrement intéressée par les joueurs locaux dans la région montréalaise, à Kahnawake ou Akwesasne. Ces deux communautés ont produit d’excellents athlètes », ajoute-t-il.

Plusieurs d’entre eux jouent d'ailleurs dans des universités américaines, comme celles d’Albany et de Syracuse, dans l’État de New York, qui réussissent à recruter le meilleur talent autochtone, souligne l’entraîneur.

La bourse devrait être accordée aux joueurs sélectionnés dès septembre 2019.

Le montant des bourses individuelles n’a pas encore été déterminé.

Plus d'articles