L'Université du Québec à Montréal (UQAM) aura droit à une cure de rajeunissement en vue de son 50e anniversaire. Les trois ordres de gouvernement investissent au total 35 millions de dollars pour retaper le pourtour des pavillons Hubert-Aquin et Judith-Jasmin.

Un texte de René Saint-Louis

Les travaux débuteront cet été par la réfection du clocher de l'UQAM et l'aménagement d'espaces publics à sa base. Il s'agit des travaux les plus dispendieux, car le clocher, construit à la fin du 19e siècle, est en mauvais état.

Comme il est classé monument historique par la province, c'est Québec qui paiera les travaux estimés à un peu plus de 13 millions de dollars. L'appel d'offres a été lancé à la mi-avril.

La Ville de Montréal, de son côté, allonge 11 millions de dollars pour réaménager la place Pasteur, rue St-Denis, et la place du parvis de l'ancienne église Saint-Jacques, rue Sainte-Catherine.

Le réaménagement des deux espaces publics doit être complété à temps pour le 50e anniversaire de l'UQAM, en 2019.

Arts numériques

L'UQAM se dotera aussi d'un nouveau centre de diffusion des arts numériques.

Il sera aménagé à l'intersection du boulevard de Maisonneuve Est et de la rue Berri, dans une ancienne entrée du pavillon Judith-Jasmin condamnée depuis plusieurs années.

Pour construire le nouveau « Centre de diffusion de la recherche et de la création », l'UQAM devra faire imploser les planchers des premiers étages et détruire le mur de brique qui fait face à la Grande Bibliothèque, située de l'autre côté du boulevard de Maisonneuve.

Les coûts de construction de ce centre, de 11 millions de dollars, seront assumés à parts égales par Ottawa et l'UQAM.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine