Retour

D'après Chapdelaine, le temps presse déjà pour les Alouettes

Le mois d'août vient à peine de commencer, mais pour l'entraîneur-chef des Alouettes de Montréal Jacques Chapdelaine, il faut déjà penser aux éliminatoires de la Ligue canadienne.

« D'après moi, le mois d'août est un mois de matchs éliminatoires », a-t-il déclaré à la suite de l'entraînement de mercredi au stade olympique.

« Le positionnement des équipes en vue de l'après-saison peut se jouer au mois d'août. Alors, c'est important pour nous d'aborder chaque match avec cette attitude. Nous avons eu une très bonne semaine d'entraînement. Peut-être en raison de notre récupération, l'intensité était très élevée.

« Dans ma tête, on rentre dans un rythme, une intensité qui ressemble aux matchs éliminatoires. Donc, pourquoi ne pas jouer avec cette mentalité? Ça tombe bien, on joue trois matchs contre des adversaires de division ce mois-ci », a poursuivi Chapdelaine.

Cette séquence s'amorcera vendredi avec une importante série aller-retour face aux Argonauts de Toronto, au stade Percival-Molson. Déjà, ces deux rencontres pourraient donner une bonne allure au classement final dans la Division est, actuellement « dominée » par les Torontois à 3-4, deux points devant les Alouettes (2-4), qui ont toutefois une rencontre de plus à disputer.

Après un match contre les Blue Bombers de Winnipeg le 24 août, les Alouettes concluront le présent mois contre le Rouge et Noir d'Ottawa, qui n'est qu'à trois points du sommet de l'Est malgré un dossier de 1-5-1,

« Je ne regarde même pas les fiches des équipes présentement, a ajouté le quart Darian Durant. Regardez le rendement du Rouge et Noir l'an dernier (8-9-1), ils sont les champions en titre de la Coupe Grey. Alors, la fiche ne veut rien dire. Il s'agit de se qualifier pour les éliminatoires. »

Durant a toutes les raisons du monde d'avoir hâte. Le quart des Alouettes semble de plus en plus à l'aise dans le système de jeu. Par contre, il a été intercepté au moins une fois à ses cinq derniers duels.

« Vous savez, je ne m'en fais pas trop avec les interceptions. En 2010, alors que j'ai connu ma pire saison à ce chapitre avec 22, nous avions atteint la finale de la Coupe Grey. C'est certain qu'on veut en lancer le moins possible, mais je ne me laisse pas abattre par un revirement.

« Chaque semaine, je me sens de mieux en mieux, plus engagé dans ce système. Bien sûr, c'est un système que j'ai connu en 2015, mais les semaines ratées au camp d'entraînement m'ont fait prendre un peu de recul. Plus les semaines passent, plus je suis à l'aise. »

Fébrilité

On a beaucoup parlé de ce premier affrontement contre les Argos, maintenant dirigés par le tandem Marc Trestman et Jim Popp. Mais Chapdelaine ne croit pas que la fébrilité ressentie autour de l'équipe cette semaine soit due à ce premier duel contre les ex-dirigeants des Moineaux.

« Je crois plutôt que c'est parce qu'on veut prendre le contrôle de la section. On veut passer au premier rang et ne pas regarder en arrière. »

Wright et Gagnon comme partants

En raison des blessures au secondeur Chris Ackie et au joueur de ligne offensive Philip Blake, Dondre Wright et Philippe Gagnon obtiendront un premier départ cette saison.

Si Wright a vu beaucoup d'action au cours des six premiers duels des Alouettes, surtout dans les unités spéciales, il s'agira d'une première présence pour Gagnon, qui avait amorcé les 18 matchs des siens la saison dernière.

« Je suis excité, j'ai hâte, a affirmé l'ex-porte-couleurs du Rouge et Or de l'Université Laval. J'attends cette opportunité depuis le début de la saison. Comme tout joueur de football, je veux jouer. J'aime mieux jouer que de regarder en tout cas. J'ai hâte d'être sur ce terrain avec les boys. »

Gagnon a mis les bouchées doubles depuis le début du camp. Il savait qu'avec le retour en santé de plusieurs vétérans, son temps de jeu allait être plus limité cette saison.

« C'est une situation qui est facile à comprendre. Tu regardes les gars dans le centre, Luc Brodeur-Jourdain, Kristian Matte, Philip Blake, ce sont des gars qui ont beaucoup d'expérience. Comme joueur, tu préfères jouer, mais on a des vétérans à chaque position. Alors c'était facile à comprendre.

« Le plus gros défi sera de m'habituer au niveau de jeu. Les gars auront tous six, sept matchs de joués. Mais une fois la première série passée, je pense que je saurai à quoi m'attendre. »

Plus d'articles

Commentaires