MONTRÉAL - Daniel Nestor a beau avoir 42 ans et être devenu un joueur professionnel en 1991, il est encore capable de battre un numéro un mondial.

Un texte de Alexandre Gascon

Samedi, en compagnie du Français Édouard Roger-Vasselin, il a pris la mesure des Serbes Novak Djokovic et Janko Tipsarevic en demi-finales du double de la Coupe Rogers. Il s'agissait d'un huitième match en quatre jours pour Djokovic.

Le numéro un mondial en simple a amorcé son match de double moins d'une heure après sa victoire contre Jérémy Chardy en demi-finales. 

Le tandem franco-canadien, qui s'est réuni pour la première fois, a triomphé 3-6, 6-1 et 10-4 lors du long jeu décisif. 

« (Daniel) est un passionné, un modèle à suivre pour les jeunes qui commencent. Nous sommes nés dans la même ville (Belgrade), ça rend le tout probablement encore plus spécial », a déclaré Djokovic après le match.

Nestor et Roger-Vasselin ont passé 57% de leurs premiers services et ont remporté 78 % des points dans ces circonstances. Le match s'est joué en bonne partie sur les secondes offrandes. Les favoris de la foule ont gagné 57 % des débats sur leurs deuxièmes balles de service, contre un faible 36 % pour les Serbes.

Le Canadien participe donc à sa première finale à la Coupe Rogers à Montréal. Il a remporté deux fois le titre, mais chaque fois à Toronto (2000 et 2008). Cette demi-finale contre un illustre adversaire ne sera donc pas le dernier match de sa carrière dans la ville québécoise.

Bien que Nestor ait clairement annoncé son intention de poursuivre sa route au moins jusqu'aux Jeux olympiques de Rio à l'été 2016, on peut penser qu'il ne sera pas de la fête lorsque les hommes reviendront à Montréal en 2017. 

Peut-être une dernière occasion de voir à l'oeuvre un des grands ambassadeurs du tennis canadien, dimanche, lorsqu'il s'avancera sur le terrain pour y défier les jumeaux Mike et Bob Bryan, premiers mondiaux.

Plus d'articles

Commentaires