Daniel Robin, double médaillé d'argent en lutte gréco-romaine et en lutte libre aux Jeux de Mexico en 1968, est mort, mercredi à Longueuil, à l'âge de 74 ans.

Il a succombé à un cancer foudroyant.

Né en France, il avait aussi mis la main sur le titre de champion du monde de lutte libre en 1967, à New Delhi, en Inde.

En 1972, les Jeux de Munich l'ont marqué. Des amis lutteurs israéliens sont tombés sous les balles du commando palestinien de Septembre noir.

Robin a aussi défendu les couleurs de son pays sur la scène internationale en rugby. Longtemps entraîneur de lutte, il était jusqu’à récemment, vice-président de la Fédération française.

Plus près de nous, Daniel Robin a notamment œuvré comme analyste à la télévision de Radio-Canada pour les compétitions olympiques de lutte aux Jeux de Montréal (1976), Atlanta (1996) et Sydney (2000).

Tombé sous le charme de Montréal lors des JO de 1976, il y a posé ses pénates et y a fondé une famille.

Il a entraîné l'équipe canadienne de lutte gréco-romaine pour les Jeux olympiques de Los Angeles en 1984.

Responsable des cérémonies tenues à Montréal lors du passage de la flamme olympique en prévision des Jeux de Calgary en 1988, il a été chef de mission de l'équipe canadienne de ski acrobatique aux Jeux d'Albertville en 1992 et a représenté Montréal à Athènes pour le centième anniversaire des Jeux olympiques modernes en 1996.

Il a occupé, jusqu’en 2004, un poste de coordonnateur du sport élite, des événements internationaux et des loisirs à la Ville de Montréal.

En 2010, il a joint les rangs du comité organisateur des Jeux olympiques de Londres à titre de directeur de la compétition de lutte.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine