Retour

Dans Mirabel, « on ne parle pas des vrais enjeux »

Mirabel, c'est une nouvelle circonscription de la Rive-Nord du Grand Montréal. Un immense territoire où se côtoient agriculteurs et travailleurs de l'aérospatiale. Mais aussi une banlieue en pleine expansion.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Ici, les électeurs vivent au quotidien les problèmes de circulation. « C'est certain qu'il y a beaucoup de développement », constate un homme dans la vingtaine croisé dans l'un des nouveaux centres commerciaux qui longent l'autoroute 15. « Ça nous prend des services qui vont avec tout ce développement », estime-t-il.

Un peu plus loin, nous croisons un couple qui attend un enfant. Si elle refuse de se prononcer, lui trouve que la campagne électorale prend une tournure qui s'éloigne de leurs réelles préoccupations.

Un autre jeune homme dans la vingtaine estime de son côté que son « opinion ne compte pas ». « Moi je ne vote pas, je n'ai jamais voté », affirme-t-il.

Les quilles avant le vote

Pour regarder la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici.

C'est l'heure du midi au salon de quilles de St-Janvier. Une cinquantaine de retraités de la région se réunissent ici chaque semaine.

Pour eux, la question ne se pose même pas, ils vont assurément aller voter le 19 octobre. Mais réussir l'abat au prochain carreau est bien plus important que de discuter politique fédérale.

Entre deux lancers, les retraités nous confient presque tous la même chose. Ils n'ont pas l'impression d'être écoutés par les politiciens. Bien que la date des élections approche, plusieurs n'ont toujours pas fait leur choix.

« Non, je n'ai pas d'idée encore », dit une septuagénaire qui ajoute que plusieurs de ses amis sont toujours indécis.

Une circonscription qui a changé de mains

Dans l'allée voisine, une souverainiste convaincue dit d'abord qu'elle votera comme d'habitude, pour le Bloc. Mais elle avoue ensuite encore hésiter. « On est bien embêté pour voter. On ne veut pas Harper. Mes enfants m'ont dit : il faut voter stratégique. Au début, ils parlaient du NPD. Maintenant, mon fils m'a dit qu'il allait annuler son vote. On ne le sait plus. »

La région, longtemps dominée par le Bloc, est passée au NPD en 2011. Aux dernières élections, les bloquistes et les néo-démocrates ont ensemble recueilli plus de 80 % des votes. La course devrait logiquement se jouer entre le Bloc et le NPD même s'ils sont toujours nombreux à demeurer indécis.

Pour voir la fiche électorale sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine