Darian Durant jouera son premier match avec les Alouettes jeudi. Et le hasard aura voulu que sa nouvelle équipe amorce sa saison en accueillant les Roughriders de la Saskatchewan, la formation avec laquelle il a joué depuis ses débuts dans la Ligue canadienne, en 2006.

Un texte de Michel Chabot

« Ce sera spécial, a-t-il reconnu à la veille du grand jour. J’ai passé toute ma carrière là-bas. J’ai beaucoup de bons souvenirs de cette période et j’y ai connu de bonnes personnes. Mais au bout du compte, nous avons besoin de gagner ce match pour nous mettre sur la bonne voie. »

Durant apprécie, d’autre part, Montréal et l’anonymat dont il jouit pour le moment.

Et comment est son français?

« Je maîtrise les salutations… Bonjour. Comment ça va? Ça va bien? Mais après c’est trop rapide pour moi.

-Et le mot touché? lui lance un journaliste…

-De quoi s’agit-il? questionne Durant.

-Touchdown!

-Maintenant je sais. »

Attaque redoutable

Justement, des touchés, le quart de 34 ans espère que la brigade offensive des Alouettes en marquera en quantité industrielle. Les porteurs de ballon Tyrell Sutton et Brandon Rutley sont de retour. Et l’arrivée du receveur de passes Ernest Jackson viendra donner plus de munitions à une attaque aérienne qui comptait déjà sur Nic Lewis, Tiquan Underwood, B. J. Cunningham et Samuel Giguère, qui est présentement blessé.

« Notre attaque sera explosive. Nous avons beaucoup travaillé pendant la saison morte et nous avons connu un bon camp. Nous sommes prêts et nous avons hâte de jouer. Ce sera du football excitant pour nos partisans. »

L’ailier défensif John Bowman est content de l’arrivée de Durant et il est convaincu que les Alouettes seront meilleurs cette année qu’au cours des deux saisons précédentes qui se sont terminées par une exclusion des éliminatoires.

« Nous n’avions pas de quart-arrière, dit-il, cinglant. Nous avions de jeunes joueurs avec des habiletés mais sur le terrain ça ne s’est pas concrétisé, ou encore ils se blessaient à un moment inopportun. Ils n’ont pas eu le temps de se développer et de progresser. Maintenant nous avons un gars expérimenté qui, chaque année, peut être élu joueur par excellence. »

« Il prend son rôle de leader au sérieux, dit l’entraîneur-chef Jacques Chapdelaine. Ce matin, il est arrivé tôt et il a déjeuné avec des coéquipiers en regardant de la vidéo. La conversation était bonne. J’ai vu des choses très positives. »

Chapdelaine croit que Montréal sera un deuxième chapitre intéressant pour Durant, comme la ville l’a été pour d’autres grands athlètes.

Mais Durant peut-il rester en santé? Il a raté toute la saison 2015 en raison d’une rupture du tendon d’Achille. En 2016, il a été ennuyé par diverses blessures qui lui ont fait rater quelques matchs.

« Il a joué 10 ans et ne s’est blessé que deux fois, estime Bowman. Alors de dire qu’il est fragile c’est l’insulter. »

Défense fragilisée

La ligne à l’attaque semble solide, notamment grâce à l’ajout de deux Américains, Jovan Oliafioye et Brian Simmons pour épauler Luc Brodeur-Jourdain, Kristian Matte et Phillip Blake.

Le front défensif représente cependant un point d’interrogation. Au centre de la ligne, on fera confiance à deux Canadiens en Jabar Westerman et Keith Shologan.

Les secondeurs extérieurs, Kyries Hebert et Chip Cox représentent des valeurs sûres, même s’ils ne rajeunissent pas et entre eux, c’est à la recrue Dominique Tovell qu’on a confié le rôle de succéder à Bear Woods, libéré au début du camp.

Quant à la ligne tertiaire, elle composée de joueurs de 24 et 25 ans, relativement verts donc. Chapdelaine n’a pas voulu s’attarder sur le sujet mais il déplore la perte du demi de coin Raymon Taylor, que remplacera Travis Hawkins, l’ancien des Argonauts de Toronto.

Lutte fratricide

Huit anciens Alouettes se retrouvent dans le camp des Roughriders, dont le receveur de passes Duron Carter, qui a excellé lors des rencontres préparatoires.

« Duron Carter c’est un joueur spécial, point final, a déclaré Chapdelaine. C’est un talent exceptionnel. On doit avoir un plan de match qui va contenir ses habiletés. »

Le demi défensif Jovon Johnson, libéré il y a quelques jours par les Alouettes, en est un autre qui s’aligne avec l’équipe de Regina. Son rôle pourrait toutefois être limité, jeudi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine