Trois semaines après sa défaite aux mains de Gennady Golovkin, c'est un David Lemieux serein qui a rencontré la presse montréalaise pour parler d'avenir.

Un texte de Jean-François Chabot

Même s'il croit toujours que l'arbitre a mis fin au combat trop rapidement, Lemieux estime qu'il est inutile de ruminer et qu'il lui faut tourner la page et regarder en avant.

« Ce que je pense de cette décision ne change rien au résultat, mais j'espère obtenir un combat revanche dans le futur et ça se finira de manière différente », a d'abord affirmé Lemieux.

Il a ensuite indiqué avoir beaucoup appris de cette soirée du 17 octobre dernier au Madison Square Garden.

« Dans un combat d'une telle magnitude, toutes les petites choses finissent par faire une grosse différence. Il faut être prêt à 100 %. Quand tu entres dans le combat, tu dois t'attendre à tout, même de te faire frapper quand tu as un genou par terre », a lancé Lemieux, en faisant allusion au coup déloyal que Golovkin lui a asséné.

Une pause

Lemieux souhaite à présent s'accorder une période de repos afin de bien récupérer. Il dit que les derniers mois ont été très exigeants. Mais il est déterminé à se relever les manches et à repartir à la conquête d'un titre mondial.

Lemieux et son promoteur Camille Estefan ont déjà obtenu l'assurance que la chaîne américaine HBO sera présente à Montréal pour son prochain combat en 2016. Aucune date ni aucun adversaire n'ont encore été désignés.

« Ce sera un combat significatif. C'est sûr que l'on va rapidement viser un autre titre », a ajouté Lemieux tout en réaffirmant que son association avec Golden Boy Promotions et Oscar de la Hoya était intacte.

Interrogé sur les critiques qu'il a essuyées de la part de Bernard Hopkins à l'issue de sa défaite contre Golovkin, Lemieux a vite tenté de diminuer la portée des déclarations de l'« Alien », qui lui reprochait sa coupe de cheveux et sa façon de boxer en position penchée.

« Bernard Hopkins aime parler. Des fois, il parle un peu trop. Mais Bernard ne contrôle pas Golden Boy, même s'il en fait partie. C'est Eric Gomez qui est le promoteur et j'ai une très bonne entente avec lui. On a eu un entretien avec Bernard Hopkins pour lui dire que l'on n'avait pas aimé ça. C'est lui qui paraît mal là-dedans, pas nous. »

Un gala intime

Autrement, Eye of the Tiger Promotions convie les amateurs de boxe à un gala intimiste de sa nouvelle Série Fight Club que sera présenté au Métropolis le 4 décembre prochain.

Pour Camille Estefan, cette offre permettrait à ceux qui y assisteront de voir les choses de plus près et d'avoir le sentiment d'être pratiquement dans le ring.

L'endroit pourra accueillir 1000 spectateurs pour l'événement qui se veut aussi à prix modiques, les places les moins chères étant proposées à moins de 30 $.

Le programme n'est pas encore complet, mais il est déjà acquis que Steven « Bang Bang » Butler (12-0-1), Schiller « Batman » Hyppolite (17-1-0) et le poids lourds trifluvien Simon Kean (1-0, 1 K.-O.) seront de la partie.

Hyppolite devrait y défendre sa ceinture des super-moyens du WBC de la Francophonie. Un défi et une invitation ont apparemment été lancés au boxeur de Chicoutimi d'origine congolaise Francy Ntetu.

La carte comprendra un total de huit combats. Deux autres galas de la même série sont prévus au même endroit en mai et en septembre 2016.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine