Retour

Déception pour les partisans d'un train pour l'ouest de l'île de Montréal

À la suite des propos de Philippe Couillard sur les projets de transport en commun à Montréal, les partisans d'un train pour desservir les villes de l'ouest de l'île de Montréal n'hésitent pas à se dire déçus, voire choqués. Ils ne peuvent pas concevoir qu'ils devront attendre encore avant de voir leur projet se réaliser.

Un texte de François Cormier

L'ancien ministre libéral Clifford Lincoln rappelle au premier ministre Philippe Couillard et à ses ministres qu'ils se sont engagés à livrer un lien ferroviaire entre la station Lucien-L'Allier, à Montréal, et Sainte-Anne-de-Bellevue, au bout de l'île.

« Nous sommes très déçus et même un peu en colère. Le Train de l'Ouest est connu comme projet par le premier ministre et ses ministres », lance Clifford Lincoln. « Je ne trouve pas ça acceptable. On reste Gros-Jean comme devant ».

Samedi, le premier ministre du Québec a confirmé qu'un train relierait le centre-ville de Montréal à l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. La Caisse de dépôt et placement du Québec serait sur le point de faire une annonce.

« Quand je reviens de l'étranger, je suis toujours un peu déçu quand j'arrive à Montréal et que je dois me rendre au centre-ville, par rapport à ce que je vois dans les autres pays », a-t-il déclaré lors d'une activité partisane au Saguenay.

En entrevue à La Presse, Philippe Couillard a toutefois spécifié que ce lien n'irait pas au-delà de l'aéroport puisque « la fréquentation au-delà de l'aéroport soulève des questions de rentabilité ».

Le maire Coderre précise qu'il s'agit d'une étape

Appelé à commenter les propos de Philippe Couillard, le maire de Montréal estime qu'il ne s'agit pas d'un refus définitif. « C'est une étape. Il faut y aller étape par étape. C'est clair que nous avons besoin d'un lien entre l'aéroport et le centre-ville », a indiqué Denis Coderre.

« Tout ce que nous demandons, c'est que nous soyons sur le même pied d'égalité que tous les autres citoyens de Montréal », déclare Clifford Lincoln. « Nous avons la moitié du nombre de trains qui desservent la ligne vers Deux-Montagnes. Nous n'avons même pas de train après 21 h 15! »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine