Retour

Décrépitude des écoles : 20 photos prises par des profs

Plusieurs écoles sont dans un état lamentable à Montréal. Le ministre de l'Éducation, François Blais, s'est engagé la semaine dernière à investir pour les rénover. Nous avons demandé aux professeurs - premiers témoins du piètre état des établissements - de nous faire parvenir des images de ce qu'ils voient tous les jours. Portrait du manque d'entretien des écoles en 20 photos.

Un texte de Marie-Ève Tremblay

Depuis l'automne dernier, nous avons reçu une soixantaine de photos de professeurs qui documentent l'état d'une dizaine d'écoles, lequel nuit à la santé ou à la sécurité des enfants, selon eux. Nous avons choisi de vous présenter 20 d'entre elles.

La présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel-Bourdon, a vu ces photos et dit être « très consciente qu'il y a des travaux à faire dans nos écoles ». Pour arriver à résorber le déficit d'entretien, évalué à 1 milliard de dollars, la CSDM aurait besoin de deux fois plus d'argent annuellement.

En ce moment, elle dispose de 85 millions par année pour 10 ans, mais la présidente précise qu'ils auraient besoin d'au moins 150 millions de dollars pour la même période. Elle soutient que cet enjeu doit devenir une priorité du gouvernement.

Chaque photo est accompagnée de la description envoyée par l'enseignant. Par crainte de représailles, tous les collaborateurs ont souhaité garder l'anonymat.

ÉCOLE PRÉSCOLAIRE ET PRIMAIRE NOTRE-DAME-DE-GRÂCE

Notre-Dame-de-Grâce
750 élèves

1. « L'escalier de l'école menant au service de garde tout rouillé et avec un morceau brisé qui pend... »

2.  « Un bout de mur qui est tombé dans les locaux du service de garde. Derrière ce mur, il se trouverait de l'amiante. On a posé un beau morceau de plastique par-dessus pour nous protéger. »

Il nous a été impossible de confirmer qu'il y a bel et bien des traces d'amiante dans cet établissement. Ceci dit, la CSDM confirme que l'amiante était utilisée comme isolant au moment de la construction des écoles dans les années 1970. Lorsqu'il y a présence d'amiante lors de rénovations ou d'agrandissements, toutes les mesures sont prises afin de respecter les normes pour protéger les élèves et le personnel, précise la CSDM.

3.  « Les fondations travaillent et les murs ont craqué il y a de cela bien longtemps. Cette fente part du plafond et traverse la classe au complet jusqu'au plancher. Elle a été recouverte de plâtre et de peinture, mais c'est resté comme ça depuis... Un peu inquiétant. »

4.  « Les portes de classe sont en superbe état. »

Comme le montant alloué à l'entretien est insuffisant, la CSDM a dû établir des priorités au cours des dernières années. Les choix ont été orientés vers les urgences (toitures, portes et fenêtres extérieur, chaufferie, plomberie, maçonnerie et alarmes d'incendies) et moins vers le fini intérieur. 

5.  « Voici des photos de l'état de la cour d'école. Depuis plusieurs années, l'asphalte se désagrège et les morceaux tombent. Comme c'est à côté de la structure de jeu des enfants, ils jouent dedans. Ils se lancent parfois des morceaux. Il y a eu deux incidents de vitres de voitures brisées par des roches et des morceaux d'asphalte lancés par des enfants cette année. Aussi, le géotextile [une toile noire] qui a été placé sous la structure de jeu sort du sol. Les enfants jouent à se couvrir avec la toile et tombent souvent en se prenant les pieds dedans. »

Mise à jour : la CSDM nous informe que depuis la prise de cette photo, il y a eu des travaux dans la cour d'école. Catherine Harel-Bourdon a toutefois indiqué, au micro d'Annie Desrochers à l'émission Le 15-18, que « ça ne minimisait pas la situation ».

6.  « Il y a des plafonds dont la peinture se décolle laissant paraître des taches qui ressemblent drôlement à de la moisissure. Nous avons eu des cas de locaux avec de la moisissure dans l'école. Les locaux ont été traités et ils nous ont dit que tout était beau... Par contre, les enseignants qui utilisent ces locaux se plaignent souvent d'odeurs de moisi. »


ÉCOLE PRÉSCOLAIRE ET PRIMAIRE SAINTE-BERNADETTE-SOUBIROUS
Rosemont-La Petite-Patrie
660 élèves

7.  « La rouille serait créée par l'humidité et l'urine. Pour les toilettes, une demande de réparation a été faite par la concierge et la direction l'a fait acheminer à la CSDM pour rénover les deux toilettes. Je crois que cela fait plus de deux ans. »


ÉCOLE PRIMAIRE LA VÉRENDRYE

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve
340 élèves

8. « Des casiers d'élèves de maternelle rouillés. »

9.  « Du plâtre dans un escalier du service de garde en attente de réparation. Il y aurait de l'amiante. »

10. « Du plâtre dans une classe de maternelle en attente de réparation. Il y aurait de l'amiante. »

11. « Du plâtre abîmé et non recouvert dans un rangement sous l'escalier. »


ÉCOLE SECONDAIRE LOUISE-TRICHET

Mercier-Hochelaga-Maisonneuve
400 élèves

12. « Les tuiles au plafond ont été enlevées l'an dernier. Nous ne savons pas quand elles seront remplacées. Nous ne faisons pas partie... comme le reste des écoles... des priorités! »

13. « Pour ce qui est des toilettes, ça fait des années que nous nous plaignons de leur état. »

14. « Une autre prise de vue. »

Des travaux sont en cours à cette école.


ÉCOLE PRÉSCOLAIRE ET PRIMAIRE SAINT-AMBROISE

Rosemont-La Petite-Patrie
460 élèves

15. « La cage d'escalier est dans cet état depuis quelques années déjà. »

16. « Encore cette cage d'escalier. »


ÉCOLE SECONDAIRE ÉVANGÉLINE

Ahuntsic-Bordeaux
700 élèves

17. « Sac poubelle à blâmer... pour toilette condamnée. »

Mise à jour : la CSDM nous informe que depuis la prise de cette photo, la situation a été corrigée.


ÉCOLE PRIMAIRE SAINT-JEAN-DE-BRÉBEUF

Rosemont-La Petite-Patrie
340 élèves

18. « Une tuile arrachée dans une classe de maternelle. »

19. « Dans une classe d'accueil au 1er cycle, de la peinture arrachée. »


ÉCOLE PRIMAIRE SAINTE-BIBIANE

Rosemont-La Petite-Patrie
275 élèves

20. « De nouveaux lavabos ont été installés cet été lorsqu'ils ont rénové les toilettes. Ils sont beaucoup trop haut pour les élèves de maternelle et du premier cycle qui doivent utiliser un petit banc pour atteindre les détecteurs de mouvements qui déclenchent l'eau... De plus, la concierge a dû ajouter des distributeurs de savon dans les éviers, car ceux qui ont été posés initialement étaient également inatteignables par les élèves. »

Vous êtes professeur? Vous voulez nous faire parvenir des photos? Écrivez-nous à grand.montreal@radio-canada.ca

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine