Retour

Demandeurs d'asile : la distribution de chèques se fera au Palais des congrès

Le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale s'apprête à prendre les grands moyens pour distribuer aux demandeurs d'asile l'aide de dernier recours à laquelle ils ont droit. Dès la semaine prochaine, des fonctionnaires seront dépêchés au Palais des congrès de Montréal pour remettre aux personnes concernées les chèques qui leur sont destinés. On prévoit ainsi distribuer de 4000 à 5000 chèques.

Avec les informations d'Hugo Lavallée, correspondant parlementaire à Québec

Face à l'envergure de l'opération qui s'étalera sur trois jours, du 30 août au 1er septembre, le ministère a choisi de s'installer au Palais des congrès afin d'éviter que cette distribution ait un impact sur les autres prestataires d'aide sociale dans ses différents points de service.

Les demandeurs d'asile, une fois pris en charge par l'État, sont admissibles à l'aide de dernier recours jusqu'à ce que la Commission de l'immigration et du statut de réfugié se soit prononcée sur leur cas.

Les montants reçus par les demandeurs d'asile varient en fonction de leur état civil et de leur situation familiale. La prestation minimale s'élève à 642,92 $ par mois.

Au total, le ministère versera donc au moins 2,5 millions de dollars en prestations d'aide sociale aux demandeurs d'asile qui ont récemment traversé la frontière, et ce, uniquement pour le mois de septembre.

Après avoir reçu l'équivalent d'un mois d'aide financière, les demandeurs d'asile sont invités à quitter les sites d'hébergement temporaires et à se trouver un logement permanent.

Simon Laboissonnière, attaché de presse du ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, insiste pour dire qu’il suit la procédure habituelle, faisant référence à un décret gouvernemental de 1996. Il s'attend à ce que tout se déroule rondement.

Souci d'efficacité

En entrevue sur ICI Radio-Canada Première, la ministre de l'Immigration du Québec, Kathleen Weil, a expliqué que deux salles du Palais des congrès seraient utilisées pour que les demandeurs d'asile attendent à l'intérieur, plutôt que de faire la file dans la rue.

Elle a souligné que parmi ces personnes se trouvent bon nombre de familles avec des enfants et que ces gens n'ont pas encore d'adresse fixe. La solution de les regrouper au Palais des congrès s'est donc avérée être la meilleure, a-t-elle dit en substance.

Les demandeurs d'asile n'étant « pas faciles à joindre », le ministère a fait ce choix par souci d'efficacité, a confirmé la PDG adjointe du CIUSSS du Centre-Ouest de Montréal, Francine Dupuis, qui est aussi la porte-parole du Programme régional d'accueil et d'intégration des demandeurs d'asile (PRAIDA).

Néanmoins, Gabriel Nadeau-Dubois, député de Québec solidaire dans Gouin, estime que l'utilisation de lieux comme le Palais des congrès risque d'alimenter inutilement les propos de « certains groupes qui prônent l’intolérance ».

« Il y a un problème de gestion des symboles et de relations publiques qui commence à être catastrophique au gouvernement Couillard », a ajouté le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

La députée de Montarville de la Coalition avenir Québec, Nathalie Roy, affirme qu'il aurait été plus logique de procéder à cette opération au stade olympique, où une partie des demandeurs d'asile avaient été hébergés. « Là, on promène les gens », a-t-elle critiqué.

Une mesure nécessaire et moins coûteuse

Stephan Reichhold, directeur général de la table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes, souligne que l'aide sociale est une mesure moins coûteuse que ne le serait l'hébergement temporaire de ces personnes par le gouvernement. « L'urgence, c'est de les sortir de l'hébergement temporaire et c'est pour ça qu'on a besoin de ces chèques », explique-t-il.

« On ne les laissera pas crever de faim, là, a déclaré la députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais. [Ils] sont chez nous on va leur donner de quoi survivre. Et c’est pour ça que nous, on a demandé que rapidement le fédéral et Québec accélèrent la livraison de permis de travail. »

« Ces gens-là ne sont pas venus pour survivre aux crochets de l’État », a-t-elle ajouté.

« Les gens ont droit à de l’aide provinciale de dernier recours dès que la recevabilité de leur demande a été établie, et cette aide se termine lorsqu’ils ont un emploi », a rappelé Francine Dupuis, de l'organisme PRAIDA.

Les demandeurs d'asile veulent travailler

Pour le gouvernement du Québec, il importe qu'Ottawa accélère la remise de permis temporaires de travail à ces demandeurs d'asile, affirme par ailleurs la ministre Kathleen Weil. « Ils [les fonctionnaires fédéraux] ont pris du retard dans le traitement des dossiers », dit-elle, précisant qu'à cet égard, le gouvernement fédéral est sur le point d'ajouter des ressources à Montréal.

La ministre Weil dit que l'afflux de demandeurs d'asile s'est quelque peu réduit récemment au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle.

Cependant, précise-t-elle, il est trop tôt pour attribuer cette baisse aux efforts qui sont faits pour sensibiliser la communauté haïtienne aux risques de traverser la frontière canado-américaine de manière irrégulière. Le Québec participe à cet effort de sensibilisation à l'instar du gouvernement canadien, qui a dépêché, à cette fin, le député libéral de Bourassa, Emmanuel Dubourg, aux États-Unis, notamment à Miami.

Le chef du Parti québécois se questionne sur la capacité financière de l'État québécois à accueillir autant de demandeurs d'asile : « Le gouvernement nous dit qu’il est incapable de donner un deuxième bain dans les centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD), et ça, ça coûte 30 millions de dollars », a illustré Jean-François Lisée.

De poursuivre le chef du PQ : « Alors, combien ça va coûter, 8000, 10 000, 15 000 demandeurs d’asile qui restent au Québec pendant trois ans? C’est sûr que c’est plus que 30 millions ».

« On a budget de 100 milliards », a dit encore M. Lisée, qui reproche au gouvernement Couillard de ne pas dire où il va trouver l'argent nécessaire à l'accueil des demandeurs d'asile.

Une décision qui a trop tardé

Stephan Reichhold apprécie la mise sur pied, le 17 août dernier, d'un groupe de travail intergouvernemental sur la migration irrégulière. Toutefois, cette décision aurait dû être prise plus rapidement d'après lui : « On aurait pu faire ça il y a trois ou quatre semaines, on aurait accéléré les choses », conclut-il.

Ce groupe de travail a tenu, mercredi, sa deuxième rencontre à Montréal pour discuter des problèmes liés à l'augmentation soutenue du nombre de demandeurs d'asile au Canada, et ce, à partir des États-Unis.

Les ministres fédéraux Marc Garneau, Ralph Goodale, Ahmed Hussen et Harjit Singh Sajjan en font partie, de même que la ministre québécoise de l'Immigration, Kathleen Weil, et son homologue de l'Ontario, Laura Albanese.

Plus d'articles

Commentaires