Retour

Demandeurs d'asile : la situation est « sous contrôle », disent les intervenants

Les gouvernements et organismes impliqués dans l'accueil des demandeurs d'asile en provenance des États-Unis ont présenté mercredi un bilan positif, jusqu'à maintenant, de l'hébergement et de l'aide qui leur est offerte.

« La situation est sous contrôle », ont ainsi assuré les représentants des ministères de l'Immigration, de la Santé et de l'Éducation, ainsi que des porte-parole de divers organismes travaillant conjointement avec Québec et Ottawa dans ce dossier.

Entre le 1er janvier et le 30 juin, le Canada a accueilli plus de 18 000 demandeurs du statut de réfugié. De ce nombre, 6580, soit un peu plus du tiers, se sont présentés à la frontière entre le Québec et les États-Unis.

Lors d'une conférence de presse tenue à Montréal, le Centre intégré universitaire de Santé et de Services sociaux du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal (CIUSSS), qui est responsable du Programme d'accueil et d'intégration des nouveaux arrivants, a fait savoir que 2620 personnes étaient actuellement hébergées sur le territoire métropolitain.

Mardi, le CIUSSS a recensé 211 arrivées sur son territoire, ainsi que 174 départs. Ces derniers sont habituellement des demandeurs qui ont quitté les centres d'hébergement temporaire pour s'installer chez des proches, ou encore se rendre en Ontario.

« La situation qui a débuté en juillet demeure au même niveau », a indiqué Francine Dupuis, présidente-directrice générale adjointe du CIUSSS. « Les troupes sont très sollicitées, et nous avons fait appel au réseau montréalais de la santé ainsi qu'aux collègues de Québec. »

Places supplémentaires

Mme Dupuis a par ailleurs assuré qu'il y avait encore de l'espace dans les sites réquisitionnés pour loger temporairement les demandeurs d'asile. En plus de l'augmentation récente du nombre de lits installés au stade olympique, environ 300 places supplémentaires ont été ouvertes mercredi à l'hôpital Royal Victoria.

Les services d'hébergement temporaires au stade olympique doivent prendre fin à la mi-septembre.

Au ministère de l'Éducation, on mentionne que toutes les ressources sont en place pour permettre aux enfants immigrants d'effectuer leur rentrée scolaire en septembre dans le réseau montréalais, voire ailleurs au Québec.

« Les commissions scolaires sont en mode solution », a précisé Christian Rousseau, directeur général des services aux anglophones, aux Autochtones et à la diversité culturelle au ministère.

Il a ajouté qu'un feuillet expliquant le fonctionnement du réseau de l'éducation a été préparé en plusieurs langues à l'intention des parents immigrants.

Toujours selon M. Rousseau, les commissions scolaires montréalaises pourraient ouvrir des classes supplémentaires pour répondre à cette hausse de la fréquentation.

Aide d'urgence

Au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, on dit avoir constaté une augmentation des demandes d'aide financière de dernier recours de la part des demandeurs d'asile.

Cette aide, versée au début de chaque mois, permet entre autres aux demandeurs de quitter les sites d'hébergement temporaire. Le mois dernier, environ 1750 demandes auraient été déposées, contre seulement 200 à pareille date, l'an dernier.

Comme l'a précisé Johanne Beaulieu, directrice régionale de Services Québec de l'Île-de-Montréal, des démarches ont été effectuées auprès des principales institutions financières de Montréal pour que les demandeurs d'asile puissent rapidement encaisser les chèques d'aide financière.

« Malgré une importante hausse des demandes, la situation est sous contrôle, et des ajustements seront apportés au besoin », a-t-elle indiqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine