Retour

Dernier jour pour obtenir un permis spécial pour chien de type pitbull

Le nouveau règlement sur le contrôle des animaux, entré en vigueur en décembre dernier, interdit sur le territoire de la Ville de Montréal tout nouveau chien de type pitbull. Les propriétaires de ce type de chien ont jusqu'à vendredi 16 h 30 pour enregistrer leur animal.

« Demain samedi, il ne sera plus possible d’enregistrer un nouveau chien de type pitbull. Il y a une amende de 750 $ et le chien risque d’être saisi », prévient le porte-parole administratif de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin, qui ajoute que la Ville a les moyens de faire appliquer le règlement.

Il en coûte entre 10 $ et 60 $ pour un permis pour chien ou chat - les chats doivent eux aussi être enregistrés - et la facture s’élève à 150 $ pour un chien de type pitbull.

Environ 85 % des propriétaires de chiens de type pitbull ont enregistré leur chien, ce qui correspond à 1200 propriétaires, selon le porte-parole de la Ville.

« Non seulement les propriétaires de chiens de type pitbull, mais l’ensemble des propriétaires de chiens et de chats en général s’enregistrent de façon beaucoup plus importante que par le passé. Cette année, au 31 décembre, nous avions 40 000 chiens d’inscrits, 10 000 chats, ce qui est nettement supérieur à ce que l’on a eu dans le passé », note Philippe Sabourin.

Le nouveau règlement sur le contrôle des animaux prévoit que les chiens de type pitbull doivent être tenus en laisse en tout temps, porter une muselière et être accompagnés d’une personne de plus de 18 ans.

La Ville ne dispose pas encore de données sur une éventuelle baisse du nombre d’attaques de chiens depuis l’entrée en vigueur du règlement, qui prévoit notamment l’obligation de déclarer à la municipalité, dans les 72 heures, toute lacération ou morsure causée par un chien de type pitbull. L’animal fautif sera alors évalué par des experts en comportement canin pour s’assurer qu’il ne pose aucun danger.

Pas d’animal euthanasié

La Ville de Montréal s’est engagée à ce qu’il n’y ait pas d’euthanasie. Les chiens seront saisis, gardés dans un refuge, et on leur trouvera une nouvelle maison, selon M. Sabourin.

La Ville a des ententes avec des centres animaliers, dont certaines viennent à échéance vendredi. Elle a lancé un appel d’offres en février et elle est actuellement en train de finaliser l’analyse de l’octroi de contrats.

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) à Montréal a annoncé jeudi qu’elle continuerait à offrir ses services après l’échéance de ses contrats et qu’elle était prête à conclure de nouveaux contrats de services animaliers moyennant certaines conditions.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine