Retour

Dernière chance pour vivre l’aventure de Katimavik

Le programme de bénévolat pour la jeunesse Katimavik espère survivre en mettant l'accent sur la réconciliation entre les Autochtones et les autres Canadiens. Pour y arriver, il sollicite les jeunes Cris de la région de la Baie-James, au Québec.

Le nouveau programme de développement des jeunes Autochtones, d’une durée de 20 semaines, est offert en partenariat avec Eeyou Istchee Baie-James et la Première nation Tlicho dans les Territoires du Nord-Ouest.

La date limite pour s’inscrire à ce programme est aujourd'hui, le 23 juin.

Andy Garrow, le directeur du développement de la jeunesse chez Katimavik, déclare que le programme est axé sur les jeunes Autochtones qui n'ont pas encore trouvé leur place.

« Nous espérons accrocher certains de ces jeunes qui n'ont peut-être pas terminé leurs études secondaires, qui ne sont jamais allés à l'université et qui n’ont pas d’expérience sur le marché du travail. Nous souhaitons leur fournir une opportunité », explique M. Garrow.

Au mois d’août, la vingtaine de participants du programme suivront au moins un cours universitaire à Peterborough, en Ontario, ou à Regina, en Saskatchewan.

Basé sur le modèle de Katimavik

Le nouveau programme de développement des jeunes Autochtones sera basé sur le modèle de Katimavik. De jeunes adultes de 18 à 30 ans feront du bénévolat quatre jours par semaine pendant cinq mois et vivront tous ensemble de manière autonome dans une maison. Ils seront responsables de toute la gestion, du budget jusqu’au ménage.

« Ils devront tout gérer, indique Andy Garrow. La préparation des repas sera un défi puisque le budget alloué pour la nourriture est très limité. »

Selon M. Garrow, ces jeunes Autochtones seront placés dans des conditions gagnantes pour réussir. Ils en apprendront plus sur les contributions des Autochtones au développement du Canada en plus d'accroitre leurs connaissances au sujet de leur culture et de leur langue.

Il y a quelques mois, Katimavik a été sauvé temporairement grâce à une contribution de 499 500 $ du gouvernement fédéral par le biais du programme Stratégie emploi jeunesse.

En 2012, Katimavik a perdu son financement annuel de 14 millions de dollars, une décision du précédent gouvernement conservateur.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine