Retour

Des ateliers de réparation de vélo en libre-service au centre-ville

Les cyclistes qui passent par l'arrondissement de Ville-Marie peuvent désormais compter sur des ateliers de mécanique libre-service pour réparer leur monture en cas de pépin.

L'arrondissement a installé, la semaine dernière, trois stations de réparation autonome Biciborne, sur son territoire, donnant accès à des outils pour effectuer des réparations mineures.

De fabrication québécoise, la Biciborne pourrait bientôt faire son apparition aux abords de plusieurs pistes cyclables de la province.

La Biciborne comprend une pompe à air et plusieurs outils pour effectuer des réparations mineures. La pompe est munie d'un embout compatible avec toutes sortes de valves. Quant aux outils, sécurisés par des câbles en acier inoxydable, ils comprennent un tournevis, un ensemble de clés Allen, des clés multifonctionnelles et à molette de même que deux démonte-pneus.

Stations de l'arrondissement Ville-Marie :

  • Près de la station de métro Champ-de-Mars, derrière l'hôtel de ville de Montréal
  • Place Émilie-Gamelin, à l'angle des rues Berri et du boulevard Maisonneuve
  • À l'angle de la rue McGill et de la Commune Ouest

Inspiration de Porto Rico

C'est un couple de Québécois qui est à l'origine de cet atelier de réparation de vélo autonome. En voyage à Porto Rico, Diane Graveline et Jean Hébert ont eu des ennuis avec leurs vélos et tentaient de les réparer. « On ne trouvait pas d'outils et quelqu'un nous a informés qu'il y avait une station de réparation près d'une pharmacie », explique M. Hébert.

Des bornes de ce type sont répandues en Europe et aux États-Unis, mais très peu au Canada, en raison de l'absence d'un fabricant local. Le couple a trouvé le concept intéressant et a ramené l'idée parmi leurs souvenirs de voyages.

La designer d'intérieur et l'entrepreneur spécialisé dans l'acier ont conçu, le printemps dernier, une adaptation de l'atelier de réparation autonome en l'adaptant pour le Canada. « Les défis qu'on a croisés, c'était premièrement de l'adapter au climat québécois et canadien, ce qui nous a amenés à aller chercher une pompe en Allemagne », explique M. Hébert.

La Biciborne a vu le jour dans des ateliers de la région de Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

Une première Biciborne a été installée sous le pont Jacques-Cartier, à Montréal. Depuis le lancement de cette expérience, le téléphone ne dérougit pas. Plusieurs villes, des institutions, des écoles sont intéressées par le produit qui se détaille à quelque 2000 $. Le couple vise également tout le réseau de pistes cyclables.

En plus de faire le bonheur des cyclistes en difficultés, la Biciborne pourrait également dépanner les personnes en fauteuil roulant, les planchistes et les patineurs.

Avec des informations de Caroline Arbour

Plus d'articles

Commentaires