Retour

Des chauffeurs d'autobus scolaires menacent de faire la grève à Montréal

Près de 330 chauffeurs d'autobus scolaires regroupés dans un syndicat affilié à la CSN menacent de faire la grève mardi et mercredi prochains pour dénoncer les offres salariales de leur employeur, Autobus Transco. De l'aveu même du syndicat, ce moyen de pression pourrait toucher 15 000 élèves répartis sur plus de 300 parcours scolaires.

Ces élèves sont ceux de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), de la CS Marguerite-Bourgeoy, de la CS Lester-B.-Pearson, de la CS English Montreal et du Collège Sainte-Anne.

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Transco (STTT) ont rejeté les dernières offres patronales à 98 %, lors d’une assemblée générale tenue mercredi soir à Montréal, et reconduit leur mandat de grève dans la même proportion.

« Ce n’est jamais de gaieté de cœur que nous décidons de déclencher une grève, surtout quand nous savons qu’elle touchera des milliers d’élèves que nous connaissons bien et dont nous prenons soin tous les jours d’école », a déclaré Carole Laplante, présidente du STTT, dans un communiqué diffusé par la CSN.

Les salaires sont en effet au cœur du litige. Transco propose un gel des salaires lors des deux premières années de la prochaine convention collective de cinq ans, puis des hausses annuelles représentant la moitié de l’inflation.

Il y a dans le domaine du transport scolaire « un grand nombre de bas salariés qui touchent un revenu annuel sous les 20 000 dollars », note Stephen P. Gauley, président du Secteur transport scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (affiliée à CSN). Son équipe et lui soulignent que les mauvaises conditions de travail dans ce domaine ne sont pas étrangères au problème de recrutement et de rétention du personnel qu’il connait.

Une conciliatrice avait été nommée à la fin octobre pour aider les parties à s’entendre.

Plus d'articles