Retour

Des citoyens mettent en demeure Montréal de respecter la loi sur le drapeau du Québec

Deux journalistes retraités, Gilles Paquin et Jean-Pierre Bonhomme, somment la Ville de Montréal, par une mise en demeure, de respecter la loi qui détermine la façon dont doit être déployé le drapeau du Québec.

Ils veulent aussi former une coalition pour faire pression sur le gouvernement du Québec afin qu’il fasse respecter cette loi.

« Le drapeau national des Québécois est un symbole et un instrument de politique, certes, mais il représente une nation, oui, une famille en quelque sorte, une famille qu’il projette au dehors », écrivent-ils dans un communiqué. Ils dénoncent la perte de visibilité que subit la nation québécoise en raison des façons de faire de la Ville, qui est selon eux « guidée par une idéologie venue d'ailleurs ».

Le drapeau du Québec doit avoir préséance

La Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec stipule que le fleurdelysé doit flotter sur les immeubles où siègent les conseils municipaux et les conseils d’arrondissement, de même que sur ceux des sociétés de transport et des bibliothèques municipales « et en tout lieu où une municipalité déploie sa bannière ».

Pourtant, le drapeau du Québec est absent des immeubles où se déroulent les conseils des arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville, de Rosemont–La Petite-Patrie et de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, souligne la mise en demeure envoyée à la mairesse Valérie Plante par le cabinet Allali Brault Inc.

La loi spécifie aussi que lorsqu’il y a plus que deux drapeaux, celui du Québec doit se trouver au centre.

Or, c’est le drapeau du Canada qui occupe la position centrale devant l’hôtel de ville de Montréal et sur les édifices des arrondissements de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, de Lasalle, de l’Île-Bizard–Sainte-Geneviève et de Pierrefonds-Roxboro, lit-on dans la mise en demeure.

MM. Paquin et Bonhomme soulignent dans leur communiqué que la « bannière » de Montréal – selon eux, le mot drapeau ne s’applique qu’à l’emblème d’un État – accorde beaucoup d'espace à des symboles anglo-saxons. « Le symbolisme représentant les racines et la réalité du peuple qui compose 80 % de la population du Québec est ainsi réduit en miettes », écrivent-ils.

La Ville de Montréal a été récemment rappelée à l’ordre par le ministère de la Justice, qui lui a demandé de faire respecter le protocole quant à l’utilisation du drapeau du Québec.

Au début du mois, la Ville a indiqué à Radio-Canada qu’elle procédait à la révision de sa politique de pavoisement « en prenant en considération les impacts de ces changements sur les infrastructures et les coûts pour la Ville ».

« Notre service du contentieux est en train d'étudier le document reçu hier », a mentionné à Radio-Canada l'administration de la Ville qui commentera par la suite.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards