Retour

Des citoyens se plaignent de l'impact des chantiers sur leur santé

Des citoyens s'inquiètent de la pollution engendrée par les nombreux travaux dans le sud-ouest de Montréal, tels que les chantiers sur l'échangeur Turcot, du pont Champlain ou des autoroutes 15, 20 et 720.

Un texte de Vincent Rességuier

Le conseiller de Saint-Henri-La Petite-Bourgogne-Pointe-Saint-Charles, Craig Sauvé, a écrit au directeur de la santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal pour demander une évaluation des risques en matière de santé.

À son retour de vacances, le conseiller municipal de Projet Montréal dit avoir trouvé sur son bureau une pile de plaintes concernant les travaux dans son quartier. Une bonne part d'entre elles concernent la circulation des engins de chantier et des camions qui ne respectent pas toujours les itinéraires imposés.

Ce sont surtout les témoignages à propos de la santé de ses concitoyens qui attirent son attention. Des dizaines de plaintes font état de problèmes pulmonaires associés à la poussière omniprésente qui est causée par l'activité sur les nombreux chantiers. Une épidémie de quinte de toux semble toucher des adultes, des enfants et même des animaux de compagnie.

Bien qu'il soit impossible de confirmer que la poussière des chantiers est à l'origine de ces problèmes de santé, Craig Sauvé estime qu'il faut agir vite. Il souhaite une intervention de la direction régionale de la santé publique parce que, selon lui, ses médecins sont les mieux placés pour rassurer la population. Il déplore d'ailleurs que le comité de bon voisinage, mis en place avant les travaux, ne compte pas de médecin dans ses rangs.

Toux, manque de sommeil ...  

À cause de crises de toux à répétition, Yves Lavoie a consulté un médecin, qui lui a prescrit une radiographie des poumons. L'examen a révélé des taches suspectes. Il doit maintenant utiliser des inhalateurs pour contrôler ses crises de toux. Impossible de dire si ses problèmes de santé sont directement liés aux chantiers.

Selon M. Lavoie, cela ne fait aucun doute. « Il y a beaucoup de gens qui ont de la toux, fait-il remarquer. Je crois qu'elle est causée par l'afflux de camions qui dégagent une poussière énorme. »

À la clinique qu'il fréquente, le groupe de médecine de famille de Verdun, plusieurs personnes ont consulté les médecins pour des problèmes pulmonaires qu'elles associent aux travaux.

De son côté, Alissa Poulin se plaint du bruit causé par le chantier voisin de l'échangeur Turcot. Elle affirme avoir eu des problèmes de santé par manque de sommeil. Mme Poulin et son conjoint disent avoir souffert de fatigue intense et ont remarqué une baisse importante de leur performance au travail.

Mme Poulin déplore le rythme de travail sur les chantiers dans son secteur. Elle a compté 90 jours de travaux, presque sans interruption, même la nuit.

Dans un courriel, la Direction régionale de la santé publique (DRSP) du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal confirme avoir reçu la lettre de Craig Sauvé. La DRSP estime ne pas disposer d'informations suffisantes pour se prononcer sur des risques potentiels.

En collaboration avec le ministère des Transports du Québec et la Ville de Montréal, la DRSP affirme surveiller l'efficacité des dispositions d'atténuation du trafic déjà mises en place et, le cas échéant, se donne le pouvoir de déterminer l'ajout de mesures pour protéger la santé de la population.

Craig Sauvé a présenté ses doléances au conseil municipal le 22 août dernier, mais n'a pas encore obtenu de commentaires de la part de l'administration municipale.

Plus d'articles

Commentaires