Retour

Des dizaines d'étudiants dans la rue crient à la discrimination

Des dizaines d'étudiants de cégeps et d'universités ont manifesté vendredi après-midi devant le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale au centre-ville de Montréal, pour réclamer que tous les stages soient rémunérés.

Dans le cadre de la révision de la Loi sur les normes du travail, les étudiants demandent au gouvernement de retirer la clause qui permet aux employeurs de ne pas payer les stagiaires.

Selon la militante et étudiante au baccalauréat en travail social et stagiaire dans un organisme communautaire en service social, Alice Lefèvre, les femmes sont particulièrement touchées.

« Je dois travailler gratuitement à raison de trois jours par semaine durant une année entière pour compléter ma formation. Aujourd'hui, je suis en grève pour rendre visible le travail gratuit accompli par des milliers de stagiaires, la plupart du temps dans les domaines traditionnellement féminins », a-t-elle souligné.

Les étudiants présents à la manifestation en cette journée internationale des stagiaires veulent sensibiliser la population et les pouvoirs publics à la situation des stagiaires non rémunérés.

« La rémunération des stages pourrait nous aider à valoriser la profession et toutes les professions dans le domaine de la sollicitude qui sont habituellement majoritairement féminines », estime Alexandre Clément, exécutant à l’ADEESE, l’Association départementale des étudiants et des étudiantes de la Faculté des sciences de l’éducation de l’UQAM.

Injustice

« On voit des stages comme c’est le cas en ingénierie qui doivent être rémunérés. Nous, en enseignement, on n’a pas le droit d’être rémunérés lors de nos stages, c’est vraiment une exigence de l’Université. On voit là un deux poids deux mesures », ajoute l’étudiant et stagiaire en enseignement secondaire.

« Ce que nous exigeons, c'est qu'il n'y ait plus de catégorie de travailleuses et de travailleurs exclue des normes minimales de travail », réclame le futur enseignant.

Les manifestants répondaient à l'appel de la Coalition montréalaise pour la rémunération des stages. Plus d'une soixantaine d'organisations du Québec et d'ailleurs en Amérique du Nord ont joint leur voix pour dénoncer les abus et l'exploitation des stagiaires par l’entremise d’une déclaration commune, « Assez l'exploitation des stagiaires », publiée sur le site www.GlobalInternsDay.org.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine