Les aspirants à un poste d'élu municipal avaient jusqu'à vendredi 16 h 30 pour déposer leur dossier de candidature auprès des responsables des élections de leur ville ou village. Si la lutte s'engage de façon officielle dans des centaines de municipalités, c'est la fin de la partie là où, faute d'opposition, des maires et conseillers ont automatiquement remporté leur siège.

À Montréal, tous les 103 postes à pourvoir sont en élection. Les deux principaux partis, Équipe Denis Coderre pour Montréal et Projet Montréal–Équipe Valérie Plante, présentent des candidats partout.

En plus de Denis Coderre et de Valérie Plante, six autres personnes visent la mairie de Montréal, dont le chef de Coalition Montréal Jean Fortier, et cinq candidats indépendants : Bernard Gurberg, Fabrice Ntompa Ilunga, Tyler Lemco, Philippe Tessier et Gilbert Thibodeau.

Le parti Vrai changement pour Montréal, fondé en 2013 par Mélanie Joly, ne présente pas de candidat à la mairie. Sa chef, Justine McIntyre, vise plutôt la mairie de l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro.

En tout, les responsables de l’élection à Montréal ont accepté 298 candidatures, alors qu’ils en avaient reçu 485 en 2013.

À Québec, le maire sortant Régis Labeaume, qui aspire à un troisième mandat de quatre ans, croise le fer avec cinq autres candidats à la mairie, dont la chef de Démocratie Québec, déjà chef de l’opposition officielle, Anne Guérette. Il y a 21 postes de conseillers municipaux à pourvoir, auxquels aspirent 102 personnes.

Laval connaît aussi une course à plusieurs à la mairie, où sept personnes souhaitent devenir premier magistrat, dont le maire sortant Marc Demers, qui brigue un deuxième mandat. Les 21 postes de conseillers sont sollicités par 93 candidats issus de l’un ou l’autre des quatre partis principaux et par des indépendants.

Parmi les villes les plus populeuses de la province, il faut se rendre à la quatorzième, Saint-Jérôme, pour qu’un maire soit élu sans opposition. Le maire sortant Stéphane Maher, élu pour un premier mandat en 2013, n’a en effet pas d’opposant.

Le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, conservera également ses fonctions sans devoir se soumettre au vote, tout comme celui de Val-d’Or, Pierre Corbeil, celui de Saint-Georges, Claude Morin, celui d’Alma, Marc Asselin, la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, et le maire de Varennes, Martin Damphousse.

Les élections municipales auront lieu le 5 novembre prochain.

Plus d'articles

Commentaires