Retour

Des employés de bureau de Bombardier sur la voie de la syndicalisation

Des travailleurs du secteur de l'aéronautique en colère et frustrés dénoncent le traitement inéquitable que leur réserve Bombardier en tant qu'employés non syndiqués. Des employés de bureau de Montréal ont entrepris des démarches en vue de s'affilier à un syndicat.

Les conditions de travail de ces employés sont modifiées unilatéralement, sans qu'ils puissent refuser ni négocier, déplore le coordonnateur québécois pour le Syndicat des machinistes, David Chartrand.

« Les gens sont mécontents. Il y a plusieurs irritants, des modifications au régime de retraite, à leurs assurances collectives, des modifications sur la rémunération du temps supplémentaire », énumère-t-il.

Les employés administratifs de Bombardier aéronautique à Montréal se plaignent également de la pression mise par leur employeur, qui leur demande d'en faire plus avec moins de ressources.

Environ 2000 employés non syndiqués travaillent dans les usines de Bombardier à Saint-Laurent, à Dorval et à Mirabel.

La campagne de syndication connaît un autre élan depuis l’annonce que les salaires de hauts dirigeants de Bombardier ont bondi d'environ 50 %.

Le député de Québec solidaire Amir Khadir a salué l’audace de ces employés de se battre pour de meilleures conditions de travail. Il a également dénoncé l'attitude de Bombardier qui a écrit à ses employés pour leur dire qu'il préférait ne pas avoir à négocier avec un syndicat.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine