Retour

Des humoristes québécois s'unissent pour créer le Festival du rire de Montréal

Une cinquantaine d'humoristes québécois bien connus s'unissent pour fonder le Festival du rire de Montréal en réaction aux déboires qui ont frappé l'empire Juste pour rire, dont l'ex-dirigeant et fondateur Gilbert Rozon a dû démissionner sur fond d'allégations d'agressions sexuelles.

L'instigateur du projet, l'humoriste Martin Petit, explique qu’une coalition d’humoristes a décidé de créer un « organisme à but non lucratif basé sur des valeurs éthiques, d'équité et de respect » qui sera chargé d’organiser le nouveau festival d’humour qui aura lieu à Montréal dès 2018.

La mise sur pied de ce nouveau festival est « une réponse directe au scandale qui a foudroyé récemment le Québec », explique-t-il dans un communiqué, de nombreux humoristes ne désirant plus être associés à Juste pour rire, dont la réputation est désormais lourdement entachée.

« C'est donc une façon concrète d'agir en ayant une prise de position claire axée sur le changement et les intérêts de la collectivité, mais aussi de perpétuer une tradition riche et rassembleuse : faire rire les Québécois. », précise le communiqué.

« On fait table rase avec ce qui se faisait avant. Les gens nous ont demandé, sur les réseaux sociaux, de nous organiser. La réponse est simple. C’est un mouvement d’organisation collective. Ce n’est pas plus compliqué que ça. [...] On écoute le public pour qui on travaille. On va juste essayer de faire le meilleur festival pour le monde », a précisé l'humoriste à l'émission Gravel le matin.

L’idée, qui a fait boule de neige, a déjà recueilli l’appui de plusieurs gros noms de l’humour, dont François Bellefeuille, Lise Dion, Anthony Kavanagh, Jean-Michel Anctil, José Gaudet, Cathy Gauthier et de nombreux autres.

Ce festival, totalement distinct des productions Juste pour rire, qui détenaient pour ainsi dire le monopole de l’humour au Québec, n’a pas la prétention « d’être le plus gros festival du monde », explique l’humoriste Réal Béland. « Notre intention […] c’est de faire le meilleur festival pour notre monde. »

« Ce sera encore plus accessible que l’ancien festival, ça c’est certain. C’est fini le temps où les gens vont payer 150 $ en première rangée pour venir rire. […] Les gens vont rire quand ils vont acheter leur billet parce que ça va être moins cher. On ne peut plus payer des prix comme ça pour des festivals », a-t-il ajouté en entrevue à RDI Matin.

Le regroupement d’humoristes entend désigner prochainement un conseil d’administration et une direction générale qui auront pour mandat de superviser la création officielle du Festival du rire de Montréal « en toute transparence », souligne le communiqué.

En ce qui a trait au financement de l’événement, il semble que les gouvernements fédéral et provincial ainsi que des partenaires financiers « crédibles » aient démontré de l’intérêt pour participer financièrement au projet.

Juste pour rire réagit

Le Groupe Juste pour rire a réagi en fin d'après-midi par voie de communiqué en soulignant, sans le nommer, que Gilbert Rozon, l'ancien président-fondateur avait quitté, que toutes ses actions et tous ses actifs dans Juste pour rire étaient en vente, et qu'un nouveau propriétaire sera annoncé prochainement.

« Nous sommes déçus d'apprendre que certains artistes québécois ont choisi de créer leur propre événement. Cela étant dit, ils ont le droit de créer une nouvelle plate-forme pour diffuser leur art. Le prochain Festival Juste pour rire/Just for Laughs Festival aura lieu du 14 au 28 juillet 2018 », peut-on lire dans la déclaration écrite.

Un rappel des faits

Rappelons que le 18 octobre dernier, le grand patron et fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon, a été accusé publiquement d'agressions sexuelles et de comportements sexuels déplacés par une dizaine de femmes de la scène artistique québécoise. Certaines affirment avoir été agressées alors qu’elles étaient mineures.

Les témoignages et les plaintes n’ont cessé de se multiplier depuis. Gilbert Rozon, qui fait aussi l'objet d'une enquête criminelle pour une affaire d'agression sexuelle survenue à Paris en 1994, a rapidement quitté ses fonctions à la tête de Juste pour rire et a annoncé la mise en vente de toutes ses actions du Groupe Juste pour rire.

Depuis, l'entreprise de Québec ComediHa! réfléchit à l'acquisition des actifs du Groupe Juste pour rire. ComediHa! est la deuxième compagnie en importance dans l’industrie de l’humour au Québec. En plus d’organiser un festival à Québec depuis 18 ans, l’entreprise est de plus en plus reconnue à l’international.

L’entreprise MishMash, de l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, serait également intéressée à mettre la main sur le Groupe Juste pour rire.

Le Groupe Juste pour rire comprend notamment une maison de production, une division étrangère, le Festival Juste pour rire et l’émission Les gags.

Plus d'articles

Commentaires