Retour

Des jeunes de la DPJ cuisinent pour aider un refuge pour femmes

Des jeunes filles vulnérables qui viennent en aide à des femmes vulnérables. C'est ce que viennent de faire une douzaine de jeunes des Centres de la jeunesse et de la famille Batshaw.

Un texte d'Anne-Louise Despatie

Leur enseignante et leur éducatrice ont encadré ce projet visant à préparer 1800 biscuits et friandises de Noël. Les profits de la vente seront versés à l'organisme Chez Doris, un refuge pour femmes qui a grand besoin de rénovations.

« Ce sont les filles qui ont choisi cette cause qui les touchait beaucoup, mais le projet visait aussi à faire d'autres apprentissages », explique leur enseignante Mélanie Burns de la Commission scolaire Lester B Pearson.

Elles ont trouvé les recettes, géré le budget, reçu les commandes et ont dû voir à ce que tout soit prêt à temps. Pour l'éducatrice Jennifer Largan, c'est un projet qui leur permet aussi d'oublier un peu leurs propres problèmes.

Ces jeunes sont happés par leurs difficultés. Ils ont beaucoup de choses à régler. Notre rôle, c'est de les préparer à leur vie d'adulte et être un adulte, c'est ne pas toujours penser qu'à soi-même.

Jennifer Largan, éducatrice

Une douzaine d'adolescentes se sont relayées dans la cuisine aménagée pour les jeunes depuis quelque temps déjà et équipée grâce à la générosité d'une donatrice. Élisabeth a trouvé beaucoup de bonheur à donner sans rien attendre en retour.

« J'ai beaucoup cuisiné avec ma mère et j'aime savoir que c'est pour une bonne cause », dit Chloé qui a hâte de retourner quelques jours dans sa famille pour les fêtes.

Une quarantaine de jeunes de 12 à 17 ans vivent sous la protection de la DPJ au campus de Dorval des Centres Batshaw. Certains d'entre eux ne sortiront pas pour les fêtes.

« C'est une grande période de stress pour certains d'entre eux. D'ailleurs, les intervenants qui travaillent le jour de Noël s'arrangent pour leur donner du temps de qualité et faire quelque chose de spécial », souligne l'éducatrice Jennifer Largan.

Les jeunes de la DPJ reçoivent passablement de cadeaux et de dons aux fêtes, mais je dirais que ce qui leur manque le plus à Noël n'est pas dans le domaine des choses matérielles.

Jennifer Largan, éducatrice

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine