Retour

Des maires d'arrondissement de Montréal brandissent la menace de défusions

Les maires des arrondissements du Plateau-Mont-Royal, de Rosemont-La Petite-Patrie, d'Outremont, d'Anjou, de L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève et de LaSalle dénoncent la mise à l'étude, aujourd'hui à Québec, du projet de loi 120, qui pourrait donner au maire de Montréal la capacité de rapatrier plus facilement les pouvoirs des arrondissements. Certains se disent même prêts à consulter leur population sur une défusion.

Les maires d’arrondissement accusaient déjà l'administration Coderre de leur retirer de plus en plus de pouvoirs pour se les approprier. Ils s’inquiètent maintenant de ce projet de loi, lequel, pensent-ils, lui donnera tout le loisir d’agir à sa guise.

« On a un maire en powertrip complet, et le gouvernement lui fournit carrément les allumettes […] pour mettre le feu », affirme François Croteau, maire de Rosemont-La Petite-Patrie.

Plus de rues relèvent par exemple de l'Hôtel de Ville depuis 2014, une proportion qui est passée de 24 % à 52 % du réseau. Les activités d’enlèvement et de transport des ordures, ainsi que tout ce qui est relié au stationnement tarifé, à l'exception des vignettes, a également été retiré à la gestion des arrondissements cette année-là, et une partie de la gestion des activités de déneigement l’a été en 2015.

Par ailleurs, aujourd’hui même, la gestion des flottes de véhicules appartenant aux arrondissements a été rapatriée à la Ville centre, tandis que la centralisation de la gestion immobilière est prévue en janvier.

La situation est telle que la mairesse de LaSalle, Manon Barbe, et le maire d'Anjou, Luis Miranda, affirment qu'ils envisagent à nouveau de mettre de l’avant des référendums sur la défusion.

Le maire Coderre ne semble toutefois pas apeuré par cette perspective. Il rétorque qu’il a l'appui de Québec, et que l’option de la défusion n’est pas envisageable.

« Il n’y aura pas de processus de défusion. On va arrêter de vivre dans le passé. Montréal est une ville magnifique, qui est redevenue incontournable », dit-il.

Les référendums sur les défusions municipales ont eu lieu en 2004, trois ans après les fusions.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine