Retour

Des maires de l'île réclament le virage à droite aux feux rouges, Coderre répond non

Quinze maires s'unissent pour demander le virage à droite aux feux rouges sur l'île de Montréal mais le maire Denis Coderre s'oppose à la proposition pour des raisons de sécurité.

Au nom des 15 maires des villes liées de l'île de Montréal, les maires de Montréal-Est, de Beaconsfield et de Mont-Royal ont tenu une conférence de presse pour officialiser leur demande au ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard.

« C’est une pratique qui se fait partout au Canada, partout en Amérique du Nord, sauf à New York », a justifié le maire de Montréal-Est, Robert Coutu, sur les ondes de RDI. « C’est rendu une question de logique, de gros bon sens », a-t-il poursuivi, précisant qu’il y aura une consultation publique après les fêtes.

Fort d’un sondage commandé à la firme Crop, le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, a indiqué que 74 % des répondants s’étaient prononcés en faveur du virage à droite aux feux rouges.

Les maires citent aussi des statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) pour étayer leurs propos. Ils mentionnent que le nombre de véhicules a pratiquement triplé de 1973 à 2015 (passant de 2,2 millions de véhicules à 6,3 millions) et que le nombre de morts sur les routes a diminué de 83 % (passant de 2200 morts à 361) au cours de cette même période.

Les maires soulignent également que seulement 1 % des accidents avec blessés sont causés par un virage à droite sur feu rouge. Le maire de Montréal-Est compte sur l’éducation des automobilistes pour assurer la sécurité des piétons et des cyclistes montréalais, dont certains craignent l’entrée en vigueur du virage à droite aux feux rouges.

Le maire Coderre mise sur « Vision zéro »

Mais le maire de Montréal Denis Coderre est tout à fait contre la proposition des 15 élus, invoquant le fait que la Ville est en train « de se donner une « Vision zéro » (en matière d'accident). »

Je ne vois pas la pertinence de le permettre présentement.

Le maire de Montréal, Denis Coderre

La stratégie « Vision zéro » accident a été dévoilée en septembre dernier. Inspirée de la Suède, elle comprend une série de mesures, dont l'harmonisation des limites de vitesse, une meilleure signalisation et le réaménagement de certains secteurs jugés dangereux.

Le maire Coderre a cependant indiqué qu'il ne s'oppose pas à ce que le ministère des Transports du Québec (MTQ) puisse de nouveau évaluer la possibilité de permettre aux automobilistes de tourner à droite au feu rouge lorsqu'ils circulent sur les routes de la métropole.

La Direction de la santé publique de Montréal et le maire Coderre du même avis

« La moitié des piétons blessés au Québec le sont sur l’île de Montréal. Le virage au feu rouge non seulement n’améliore pas la sécurité, mais il met davantage en danger les cyclistes et les piétons », affirme Patrick Morency médecin à la Direction de la santé publique de Montréal.

Il ajoute que l’ensemble des directeurs de santé publique du Québec s’étaient opposés à cette mesure, et que la Direction de la santé publique de Montréal s’y oppose encore.

Piétons Québec est du même avis.

« Le respect des feux rouges, c’est le gros bon sens. Avec notre bilan routier, les élus devraient œuvrer à la sécurisation des déplacements à pied, plutôt que de chercher à accroître le danger pour les usagers les plus vulnérables », a déclaré Félix Gravel, co-porte-parole de Piétons Québec.

Piétons Québec déplore également que la fluidité automobile conditionne le développement des villes.

Les quelques secondes de moins pour un automobiliste ne peuvent remplacer la vie d'un piéton ou d'un cycliste.

Jeanne Robin, co-porte-parole de Piétons Québec

Alors que le ministre des Transports n’était pas disponible pour une entrevue, son ministère affirme « prendre acte » de la demande des maires, même si le dossier n’était pas dans les cartons du ministère à court ou moyen terme.

Le ministère estime toutefois que les consultations publiques sur le code de la sécurité routière offriront un cadre pertinent pour effectuer des propositions.

Le club automobile CAA refuse de se prononcer, soulignant l’importance de prendre en considération les populations vulnérables.

L’organisme Vélo Québec a déjà signifié son opposition à la mesure, invoquant la sécurité des piétons et des cyclistes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine