Retour

Des maires de la Rive-Sud menacent de quitter Longueuil

Les maires de Brossard, de Saint-Bruno-de-Montarville et de Saint-Lambert somment le ministre des Affaires municipales de réformer rapidement l'agglomération de Longueuil, sous peine de devoir la défusionner.

Les maires Paul Leduc (Brossard), Martin Murray (Saint-Bruno-de-Montarville) et Alain Dépatie (Saint-Lambert) ont affirmé, lors d'un point de presse à Québec, que la gouvernance de l'agglomération de Longueuil est « dysfonctionnelle » et que l'administration fiscale y est « inéquitable ».

Comme exemple d'iniquité fiscale, le maire de Brossard a comparé les sommes déboursées par sa ville pour des services municipaux à celles que paie Repentigny, une ville similaire à Brossard pour la population et les services offerts.

« [À] Repentigny, il en coûte 17,5 % de moins qu'à Brossard. Ça veut dire 24 millions de dollars par année de moins que ça coûte à Repentigny pour dispenser des services que nous dispense [l'agglomération de Longueuil] », s'est insurgé Paul Leduc.

Le maire de Saint-Lambert a également dénoncé le fonctionnement de l'agglomération. « Nos voix ne portent pas au conseil d'agglomération, a-t-il dit. Nous ne sommes pas des élus de second ordre. Or les règles de gouvernance font en sorte que nous sommes ainsi traités. »

Les trois maires souhaitent que le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, « dépose dès cette session les amendements législatifs nécessaires » pour résoudre le problème.

Les maires se sont appuyés sur le rapport du Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal publié mardi, Les défusions municipales, 10 ans plus tard - État des faits, pour exprimer de nouveau leur mécontentement quant à la fusion de leurs municipalités.

Ils menacent de proposer une nouvelle structure de fonctionnement à leurs citoyens, si Québec tarde à agir dans ce dossier. « Le ministre doit réformer l'agglomération de Longueuil, sans quoi nous proposerons à nos citoyens, par voie de référendum, de quitter cette dernière », ont-ils indiqué.

Une opération de mobilisation citoyenne nommée « On paie trop pour Longueuil » a par ailleurs été annoncée et devrait être déployée au cours de prochaines semaines.

Ces iniquités avaient déjà été dénoncées par ces trois maires en décembre 2014.

Plus d'articles