Retour

Des millions pour sauver le recyclage à Montréal

Tel qu'annoncé par l'administration Plante, l'agglomération de Montréal viendra en aide financièrement au centre de récupération et de tri de la métropole. Jusqu'à 29,2 millions de dollars seront versés au gestionnaire du site, Rebuts Solides Canadiens, une filiale du groupe Tiru, pour qu'il continue d'exploiter le centre jusqu'à la fin 2019.

Un texte de Jean-Philippe Robillard

La Ville de Montréal et les autres municipalités de l’île entendent ainsi s'assurer que les matières recyclables continuent d'être traitées et ne se retrouvent pas à l'enfouissement. Ce montant prévoit le « partage des pertes potentielles » et le traitement des matières.

Un nouveau centre de tri d’une capacité de 100 000 tonnes, situé dans l’arrondissement de Lachine, ouvrira ses portes en août 2019.

Dans sa décision, la Ville de Montréal a sollicité un avis de Recyc-Québec sur les disponibilités des autres centres de tri de la région de Montréal.

Conclusion : seuls trois centres dans un rayon de 100 km « auraient une possibilité de traiter une petite partie des 160 000 tonnes de matières recyclables ».

Rebuts Solides Canadiens avait avisé la Ville qu’il avait l’intention de mettre fin à ses opérations en raison des pertes qu’il accumule depuis le début de la crise dans le secteur du recyclage. Cette décision aurait compromis le tri des matières recyclables à Montréal et fait en sorte que ce que récupèrent les Montréalais se retrouve aux dépotoirs.

D’ici la fin de 2018, la gestionnaire du site prévoyait enregistrer des pertes de 9 millions de dollars. « On ne pourra pas survivre », confiant récemment à Radio-Canada le grand patron du centre, Gilbert Durocher.

La Ville a depuis renégocié le contrat qui le liait au gestionnaire du centre de tri.

Depuis que la Chine a resserré ses critères de qualité sur les matières recyclables importées et que les prix des matières, dont les ballots de papier journal, ont chuté sur les marchés mondiaux, le gestionnaire du centre de tri de Montréal fait face à d’importantes difficultés financières.

Pendant des années, alors que les prix des matières récupérées étaient plus élevés et qu’elles se retrouvaient vendues à l’étranger - en grande partie en Chine - la Ville de Montréal touchait une partie des profits générés.

Depuis le début du contrat en 2009, le centre de tri de Montréal a partagé des profits de 6 800 000 dollars avec la Ville et des pertes d’un peu plus d’un million de dollars.

Le centre de tri de Montréal, dans le quartier St-Michel, peut traiter annuellement environ 160 000 tonnes de matières récupérées.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine