Retour

Des parents réclament la pleine autonomie du CHU Sainte-Justine

Après les infirmières et le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) de Sainte-Justine, des employés et 11 associations de parents se mobilisent contre la décision du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de regrouper les administrations du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et du Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine.

Dans une déclaration commune qu’elles comptent faire parvenir dans les prochains jours au ministre Barrette ainsi qu’au premier ministre Philippe Couillard, les associations pressent Québec de rétablir un conseil d'administration et une direction générale propres à Sainte-Justine. Ils avaient été fusionnés avec ceux du CHUM en septembre 2015.

Les parents qui vont souvent au CHU Sainte-Justine sont notamment très inquiets des impacts que pourrait avoir cette fusion sur la qualité des soins offerts aux patients et à leurs parents.

« Si, à un moment donné, les docteurs doivent absolument voir plus de patients par jour, à ce moment-là la qualité des soins, la confiance envers les traitements, la compréhension de la maladie par les parents et les enfants vont en souffrir », craint Valérie Joyal, de l'Association des patients immunodéficients du Québec.

« Pour moi, c’est très inquiétant, ajoute la mère de deux enfants de sept et huit ans qui sont suivis à Sainte-Justine. On est ici pour encore une bonne dizaine d’années. »

« L’annonce du diagnostic, c’est un choc, un deuil », raconte de son côté la mère d’un enfant qui a des problèmes auditifs, Marie-Josée Richard.

Les impacts concrets de la fusion

Mais les effets du regroupement administratif se font déjà sentir sur le terrain, deux ans après sa mise en œuvre.

« On entend beaucoup parler de la pénurie d’infirmières au CHUM, mais il y a une pénurie d’infirmières ici aussi », déplore le chirurgien pédiatrique de Sainte-Justine, Michel Lallier.

Selon lui, il est « évident » qu’avec un même conseil d’administration et une même direction, le recrutement se fera à l’avantage du CHUM.

« On ne va pas développer tel ou tel programme, ou on ne va pas pousser pour le recrutement », s’indigne aussi la présidente du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) de Sainte-Justine, Valérie Lamarre.

L'Association des pédiatres du Québec a par ailleurs également démontré son appui en faveur du rétablissement d'une gouvernance totalement autonome à Sainte-Justine.

Avec les informations de Marie-Claude Morin

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards