Retour

Des peupliers centenaires disparaissent du parc La Fontaine

Des habitués du parc La Fontaine ont le cœur brisé de voir les restes de cinq immenses peupliers joncher le sol, alors qu'ils faisaient partie du paysage depuis plus d'un siècle. C'était urgent de les abattre, selon la Ville de Montréal. Mais certains ont quand même des doutes.

Un texte de Caroline Lacroix

« Ils disent que ça peut être dangereux parce qu'ils sont trop pourris », se désole Christian Feuillette, un cycliste qui passe souvent par le parc La Fontaine.

« C'est dommage », lance-t-il, résigné. Il n'est pas le seul à se poser des questions. Quelques Montréalais n'ont pas hésité à écrire des insultes sur une affiche municipale expliquant la décision de procéder à l'abattage.

De son côté, le président des Amis du parc La Fontaine, Claude Gagnon, s'interroge aussi sur la nécessité d'adopter une solution aussi draconienne. « Mais ce n'est pas facile à contester quand ils disent que c'est pour des raisons de sécurité », nuance-t-il.

Des arbres dangereux

Tout a commencé l'an dernier, alors que des branches sont tombées. Une inspection effectuée par les autorités municipales avait signé l'arrêt de mort de sept centenaires, dont deux qui avaient été coupés sur-le-champ.

Les ouvriers municipaux s'attaquent donc à la tâche depuis lundi. « Ils étaient dangereux », confirme Jean St-Pierre, un élagueur, en regardant la pourriture interne dans l'un des troncs. Pour lui, il est clair que les arbres coupés auraient pu tomber à tout moment.

Autour de lui, des enfants jouent au soccer, des parents se promènent avec des poussettes et quelques promeneurs regardent la scène, ébahis. « On a mis des banderoles de sécurité tout le tour et on était plusieurs en bas pour surveiller », explique l'ouvrier pour dire comment il a sécurisé l'endroit avec ses collègues avant de renverser les géants.

Des résidents attachés aux arbres

« Mon arbre! », s'exclame Magali Couture, une jeune femme qui habite tout près du parc. En s'approchant d'un ouvrier, elle le convainc de lui trancher une partie du tronc.

« Je vais transformer ça en table. Comme ça, je vais en garder un beau souvenir », se réjouit-elle. Hormis cette portion qui terminera peut-être dans une cuisine montréalaise, le reste des arbres sera fort probablement réduit en copeaux de bois.

Maintenant, par quoi remplacera-t-on ces feuillus? La décision n'est pas encore prise, mais la Ville de Montréal assure que d'autres arbres seront plantés. Tout dépend de ce qui sera décidé par la consultation citoyenne qui porte sur l'avenir du parc La Fontaine.

Il y a d'ailleurs tout un questionnement en cours sur le vieillissement des arbres qui font le cachet de cet espace de verdure en plein cœur de la ville, mais qui peuvent visiblement représenter une menace avec le temps.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine